Toute une année sans tunnel du Gothard

Le plus long tunnel routier de Suisse devra être totalement assaini dans dix ans déjà, et non pas dans vingt ans, comme on le pensait jusqu'ici.

Ce contenu a été publié le 06 août 2008 - 15:16

La galerie n'est certes pas en mauvais état, elle est entretenue régulièrement depuis son ouverture en 1980. «Mais elle doit être en parfait état, car c'est l'axe nord-sud le plus important de Suisse», explique le porte-parole de l'Office fédéral des routes (OFROU).

Une analyse récente montre que ce sont surtout le système d'aération et l'éclairage qui rendent un assainissement total nécessaire en 2018-2020, qui devrait coûter entre 300 et 500 millions de francs. Le tunnel aura alors 40 ans.

Mais comment va-t-on assurer le trafic à travers les Alpes pendant la réfection? Actuellement, l'OFROU entrevoit deux possibilités. Soit on répartit les travaux sur les mois d'été (lorsque le col est ouvert) pendant deux à trois ans consécutifs, soit on les réalise d'un coup pendant une année.

Dans ce dernier cas, on pourrait réactiver le transport des voitures sur le train à travers l'actuel tunnel ferroviaire du Gothard. Les poids lourds seraient quant à eux ferroutés par le nouveau tunnel de base, dont l'ouverture est prévue pour 2017.

En revanche, la construction d'une deuxième galerie routière n'est pas une option pour la Confédération. En 2004, le peuple en a clairement rejeté l'idée.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article