Shell vend sa raffinerie de Cressier à un groupe néerlandais

Parmi les plus modernes d'Europe, la raffinerie pétrolière de Cressier (NE) va changer de main dans le courant du printemps 2000. C'est le groupe Petroplus international de Rotterdam qui a acquis l'installation pour 200 millions de dollars.

Ce contenu a été publié le 23 décembre 1999 - 17:11

Parmi les plus modernes d'Europe, la raffinerie pétrolière de Cressier (NE) va changer de main dans le courant du printemps 2000. C'est le groupe Petroplus international de Rotterdam qui a acquis l'installation pour 200 millions de dollars.

Les spécialistes disent que, finalement, ce n'est pas cher payé pour cette installation qui a constamment suivi l'évolution technologique en matière de raffinage, une installation qualifiée aujourd'hui de modèle.

Si cette annonce a été faite avec une relative surprise, la vente de cette raffinerie n'en est pas une. En effet, Shell souhaitait s'en séparer depuis plusieurs années. Mais il y a quelquefois loin de la coupe aux lèvres et, malgré des discussions approfondies avec des repreneurs éventuels, aucun accord n'avait jamais pu être défini. C'est maintenant chose faite et si le contrat a été signé ce jeudi, l'entrée en vigueur de la vente est prévue au mois de mai 2000.

Cela étant, le sort des quelque 250 travailleurs de la raffinerie helvétique, en service depuis 1966, n'inquiète pas les autorités neuchâteloises. Dans un communiqué, elles disent leur satisfaction d'avoir été régulièrement tenues informées des tractations d'une part et, d'autre part, soulignent les assurances données par le nouvel investisseur quant à la reprise intégrale des effectifs de la raffinerie ainsi que du maintien de la stabilité des conditions salariales.

Eric Othenin-Girard

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article