Navigation

Affrontements entre Sikhs au Temple d'Or d'Amritsar

Ce contenu a été publié le 06 juin 2014 - 16:23
(Keystone-ATS)

Des affrontements ont fait 10 blessés vendredi au Temple d'Or d'Amritsar, dans le nord-ouest de l'Inde. Les heurts se sont produits lors du 30e anniversaire de l'intervention des forces de sécurité, qui en 1984 avaient chassé des militants séparatistes retranchés dans le sanctuaire.

"Dix personnes ont été blessées, deux d'entre elles soignées à l'hôpital", a déclaré l'officier de police chargé de la sécurité du temple. Ces échauffourées ont été déclenchées par un groupe sikh radical qui voulait prendre la parole en premier lors de la commémoration, dans ce lieu sacré du sikhisme.

La télévision a montré des groupes de fidèles, portant des turbans bleu et safran qui sortaient du Temple d'Or. Ils brandissaient des épées et se battaient dans une mêlée confuse.

Le calme est revenu après l'envoi en renfort de forces de sécurité. Les autorités du lieu saint ont annoncé l'ouverture d'une enquête et promis que les fauteurs de troubles auraient à rendre des comptes.

Opération Blue Star

Des centaines de sikhs s'étaient rassemblés pour rendre hommage aux victimes du raid de l'armée indienne, le 6 juin 1984. L'Opération Blue Star devait déloger des séparatistes sikhs armés installés dans le temple. Elle avait provoqué la colère des sikhs et déclenché un cycle de violence. Au moins 400 personnes étaient mortes.

Quatre mois après ce raid de l'armée, la Première ministre Indira Gandhi était assassinée par ses gardes du corps sikhs. Les violences antisikhes qui suivirent firent 3000 morts, en particulier à New Delhi.

Jeudi, plusieurs groupes radicaux avaient organisé une "parade de souvenir du génocide" dans les rues d'Amritsar. Ils reprenaient des slogans en soutien aux "martyrs" de 1984.

En dépit de l'indignation provoquée par ce raid, les revendications en faveur d'un Etat sikh ont décliné avec les années. Le mouvement séparatiste reste essentiellement concentré dans certains cercles de la diaspora sikhe en Grande-Bretagne, au Canada et aux Etats-Unis.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Changer le mot de passe

Souhaitez-vous vraiment supprimer votre profil?