Navigation

Antidoping Suisse: Un record de 3393 contrôles en 2013

Ce contenu a été publié le 14 avril 2014 - 17:25
(Keystone-ATS)

Genève - Antidoping Suisse a tiré un bilan positif de l'année 2013. Son directeur Matthias Kamber a dévoilé les chiffres clés de la lutte contre le dopage en 2013.
3393. C'est le nombre de contrôles antidopage réalisés en 2013 par Antidoping Suisse. Il s'agit d'un nouveau record, à comparer aux 3140 tests effectués une année plus tôt. Cette augmentation a été enregistrée alors que le budget de l'agence est resté stable à 4,7 millions de francs.
856. Sur l'ensemble des tests effectués en 2013, 856 ont été des contrôles sanguins (contre 2537 urinaires). "Nous avons réussi à maintenir un nombre élevé de contrôles sanguins, qui sont pourtant complexes à réaliser, notamment en matière de transport", a noté Matthias Kamber.
18. L'athlétisme a été le sport le plus surveillé en 2013 avec 18% de l'ensemble des contrôles. "Leader" depuis plusieurs années, le cyclisme ne pointe plus qu'en 3e position (13%), devancé également par le ski (15%). La plus forte progression a été observée dans le football, qui est passé de 4 à 9% des contrôles en une année.
17. Il y a eu l'an dernier 17 violations aux règles antidopage en Suisse (14 en 2012). Un tiers a concerné des infractions "légères" liées à la prise de cannabis (6 cas). Autre preuve qu'il n'y a pas de quoi s'alarmer, les principaux sports touchés jouent un rôle mineur en Suisse, à l'image de la boxe ou du football américain (4 cas chacun). "Cela me pousse à la conviction que le sport suisse est propre, qu'il n'y a pas de système de dopage généralisé", a relevé Matthias Kamber.
1. Un athlète a été suspendu en 2013 sur la base d'anomalies dans son passeport sanguin, donc sans avoir été directement contrôlé positif. "C'est une première dans notre pays", a rappelé Matthias Kamber. Pour mémoire, c'est le coureur jurassien Stéphane Joly qui avait été la première victime du passeport sanguin. Il avait écopé d'une suspension de deux ans, confirmée en janvier dernier par le Tribunal arbitral du sport (TAS).

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.