Navigation

Ban Ki-moon dénonce au BIT le chômage des jeunes

Ce contenu a été publié le 18 juin 2014 - 17:06
(Keystone-ATS)

Le secrétaire général de l'ONU a dénoncé mercredi à Genève le chômage des jeunes lors d'un forum organisé par le BIT. "C'est une épidémie qui représente un test majeur pour notre époque", a déclaré Ban Ki-moon.

"Dans les pays riches comme dans les pays pauvres, le taux de chômage des jeunes est beaucoup plus élevé que celui des adultes et ce n'est que le sommet de l'iceberg", a affirmé le secrétaire général de l'ONU.

"Beaucoup de jeunes sont condamnés à des travaux très mal rémunérés avec aucune protection sociale dans l'économie informelle. Beaucoup de jeunes n'ont en outre pas la formation nécessaire pour répondre aux besoins du marché de l'emploi", a constaté Ban Ki-moon.

Un jeune sur deux

Le directeur général du BIT Guy Ryder a rappelé que les jeunes sont confrontés à une crise de l’emploi sans précédent: plus de 74 millions de jeunes sont au chômage dans le monde (sur 200 millions de chômeurs) et 228 autres millions sont des travailleurs pauvres. Actuellement, un jeune sur deux dans la population active est soit pauvre soit chômeur.

Au cours des dix prochaines années, plus de 600 millions d’emplois devront être créés, environ 400 millions pour simplement absorber ceux qui arrivent sur le marché du travail, pour la plupart des jeunes. Dans les pays en développement, l’enjeu ne consiste pas seulement à créer des emplois, mais à garantir des emplois de qualité pour les jeunes qui sont souvent sous-employés et travaillent dans l’économie informelle, a affirmé M. Ryder.

Cercle vicieux

Selon des études conduites par le BIT dans 20 pays à revenu faible ou intermédiaire, trois-quarts des jeunes travailleurs âgés de 15 à 29 ans sont actuellement employés dans l’économie informelle, comme salariés ou comme travailleurs indépendants. Le risque d’informalité est encore plus grand pour les jeunes femmes.

Pour les jeunes, il est difficile de prendre un bon départ sur le marché du travail. Ils risquent d’entrer dans un cercle vicieux alliant emplois de mauvaise qualité et transmission de la pauvreté d’une génération à l’autre, ont constaté les participants au Forum sur l'emploi des jeunes organisé par le BIT.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.