Navigation

Cas d'abus: un juge ecclésiastique veut des tribunaux indépendants

En cas d'abus, les évêques sont en première ligne pour traiter les plaintes et démarrer les enquêtes au sein de l'Eglise catholique (image symbolique). KEYSTONE/STEFFEN SCHMIDT sda-ats
Ce contenu a été publié le 16 juillet 2019 - 11:21
(Keystone-ATS)

Le responsable du tribunal de l'Eglise catholique en Suisse Nicolas Betticher appelle le pape et les évêques à créer des tribunaux indépendants pour juger les cas d'abus. C'est la seule manière selon lui pour que l'institution soit crédible en la matière.

"L'évêque est l'employeur qui embauche le prêtre, le juge suprême qui condamne le coupable et le père spirituel qui protège les victimes ", détaille le vicaire judiciaire à l'Officialité interdiocésaine suisse dans un entretien publié mardi dans les journaux alémaniques de Tamedia.

Or ce modèle des trois pouvoirs en une seule personne est "malsain et pas crédible", estime Nicolas Betticher. Et d'ajouter que ce qui en ressort n'est pas suffisant pour les victimes et les évêques en souffrent.

Selon les directives, les cas d'abus dans l'Église catholique doivent aujourd'hui être obligatoirement signalés à la justice pénale. Au sein de l'Eglise, ce sont les évêques qui sont responsables du traitement des cas.

Nicolas Betticher suggère de créer pour chaque conférence épiscopale nationale un tribunal qui s'occuperait des cas d'abus. Ce tribunal devrait inclure des spécialistes du droit ecclésiastiques, des avocats, des psychiatres, des médecins - hommes et femmes - indépendants. Il devrait enfin être habilité par le pape à décider et à juger.

"Entièrement nouveau"

Ce processus "serait entièrement nouveau: jusqu'ici, seul l'évêque peut rendre justice." Mais le pape pourrait mettre en place de tels tribunaux immédiatement. Nicolas Betticher souhaite que sa proposition soit discutée lors de la Conférence suisse des juristes de l'Église en septembre.

Âgé de 59 ans, Nicolas Betticher est juge au sein du Tribunal interdiocésain suisse et prêtre à Berne. Le juriste et théologien fribourgeois a aussi été, entre autres, porte-parole de la Conférence épiscopale suisse, député PDC au Grand Conseil de Fribourg, porte-parole de l'ancienne conseillère fédérale démocrate-chrétienne Ruth Metzler ainsi que chancelier de l'Evêché de Fribourg, Genève et Lausanne.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Changer le mot de passe

Souhaitez-vous vraiment supprimer votre profil?