Navigation

Départ de Jacques Rogge: "le CIO restera à Lausanne"

Ce contenu a été publié le 19 août 2013 - 13:00
(Keystone-ATS)

Le Comité international olympique est très heureux d'être à Lausanne et il y restera, affirme Jacques Rogge, le président sortant. Elu à la tête du CIO en 2001, le Belge de 71 ans s'apprête à passer le témoin à son successeur, qui sera élu le 10 septembre à Buenos Aires.

"Chacun des candidats à ma succession est farouchement déterminé à rester à Lausanne", a déclaré lundi devant la presse Jacques Rogge. Ce dernier rappelle que le CIO va fêter dans deux ans, en 2015, le centenaire de son installation dans la capitale vaudoise.

Les travaux en cours au Musée olympique et, bientôt, au siège du mouvement olympique à Vidy en constituent la meilleure preuve. "Nous avons investi plus de 60 millions de francs au Musée, et nous parlons d'un budget de 80 à 90 millions pour notre siège".

L'attachement du CIO à Lausanne s'explique aussi par la "qualité de vie remarquable" et la présence de plus de 60 organisations sportives. "Nous avons des échanges quotidiens", a-t-il ajouté.

Arrivé au terme d'un mandat de 12 ans, Jacques Rogge a déclaré devant les médias suisses "combien il a apprécié son séjour ici". Il s'est dit "satisfait de pouvoir transmettre un CIO en bon état".

Argent pour le sport

Il a rappelé que le Comité international olympique redistribuait 90% de ses revenus à des projets sportifs, surtout dans les pays en voie de développement. Les revenus du CIO se calculent par olympiade, en additionnant les recettes des Jeux d'hiver et d'été.

Cela a représenté quelque 4,7 milliards de dollars (4,35 milliards de francs suisses) pour les derniers JO de Vancouver et Londres. Et on devrait atteindre un peu plus de cinq milliards de dollars pour Sotchi, en 2014, et Rio, en 2016, a évalué Jacques Rogge.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.