Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Paris - Une enquête a été ouverte en France après la découverte d'enregistrements de conversations piratées entre Liliane Bettencourt, l'héritière de la société L'Oréal, et ses avocats. Il s'agit d'un rebondissement avant le procès d'un photographe jugé pour abus de faiblesse de la milliardaire.
Du 1er au 6 juillet à Nanterre, l'artiste François-Marie Banier sera jugé, accusé par la fille unique de la milliardaire d'avoir profité de la fragilité de sa mère pour obtenir près d'un milliard d'euros de dons, sous forme de chèques, de tableaux de maîtres ou de contrats d'assurance-vie.
L'enquête sur les enregistrements a été ouverte pour "atteinte à la vie privée" après la transmission à la police de ces documents par la fille de la milliardaire, Françoise Bettencourt-Meyers, selon le parquet de Nanterre.
Selon l'avocat de François Bettencourt-Meyers, Me Olivier Metzner, les enregistrements "ont été transmis par un ancien employé de Liliane Bettencourt". "Dès qu'elle les a reçus, ma cliente les a transmis à la police", a ajouté Me Metzner.
D'après le site internet Mediapart, qui a révélé l'existence de ces documents audio, les conversations auraient été enregistrées entre mai 2009 et mai 2010 par le maître d'hôtel de Liliane Bettencourt, sur dictaphone.
Selon Médiapart, les enregistrements pirates mettraient en lumière la fragilité psychologique de la milliardaire âgée de 87 ans et sujette à de nombreuses pertes de mémoire. Ils révéleraient aussi des opérations financières destinées à échapper au fisc et l'intérêt pour cette affaire du président Nicolas Sarkozy.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS