Navigation

Genève: un fonds mondial contre l'extrémisme violent

Ce contenu a été publié le 23 avril 2014 - 10:37
(Keystone-ATS)

Genève va accueillir dès le mois de juin un nouveau Fonds, destiné au soutien des communautés dans la prévention de l€'extrémisme violent (GCERF). Lancée par les Etats-Unis, cette structure soutenue par la Suisse financera des projets pour tenter d'écarter les populations, notamment les jeunes, de la radicalisation.

Le Nigeria, le Mali, le Maroc et le Bangladesh constituent les quatre pays pilotes choisis pour les programmes du Fonds. Le GCERF, institué dans le cadre du Forum mondial contre le terrorisme (GCTF), veut obtenir 200 millions de dollars de contributions de l'UE, d'Etats ou de partenaires privés sur 10 ans.

L'un des défis du GCERF sera d'identifier les projets les plus porteurs soumis par les communautés et les organisations de la population civile, a indiqué à l'ats un porte-parole du Département fédéral des affaires étrangères (DFAE). Il faudra ensuite obtenir le soutien du pays concerné pour leur mise en oeuvre.

Le GCERF sera lancé sous la forme d'une fondation et bénéficiera d'un accord de siège avec la Confédération. Le secrétariat doit être dirigé par le numéro deux du Centre de politique de sécurité de Genève (GCSP), Khalid Koser.

Indépendance

Les experts attendent d'en savoir davantage sur le fonctionnement et l'autonomie du GCERF. L'avantage est la coordination des moyens et des expertises, souligne le directeur du Centre international pour l'étude de la radicalisation (ICSR), Peter Neumann.

Ce dernier appelle à se pencher uniquement sur la lutte contre l'extrémisme violent et ne pas la confondre avec le développement. Si les gouvernements souhaitent dicter le fonctionnement du Fonds, l'intérêt de cette structure sera remis en cause, met également en garde M. Neumann.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.