Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Londres - L'ex-président américain George Bush savait que la majorité des détenus de la prison de Guantanamo étaient innocents. Mais il les a maintenus en détention pour des raisons politiques, affirme l'ex-bras droit de Colin Powell dans un document obtenu par le quotidien britannique "The Times".
Lawrence Wilkerson, chef d'état-major de l'ancien chef de la diplomatie américaine Colin Powell, affirme dans une déclaration jointe à une plainte d'un prisonnier de Guantanamo, que l'ancien vice-président Dick Cheney et l'ex-secrétaire à la Défense Donald Rumsfeld savaient que la majorité des personnes détenues en 2002 sur la base, soit à l'époque 742, étaient innocentes mais qu'il était "impossible politiquement de les relâcher".
"J'ai parlé au secrétaire Powell des détenus de Guantanamo. J'ai appris qu'il était d'avis que ce n'était pas seulement le vice-président Cheney et le secrétaire Rumsfeld, mais également le président Bush qui était impliqué dans tout le processus de décision concernant Guantanamo", écrit le colonel Wilkerson, devenu un virulent critique de la politique de Bush.
La déclaration du colonel a reçu l'appui du général Powell, qui a quitté l'administration Bush en 2005, selon le "Times". De nombreux détenus ont été livrés aux Etats-Unis par des Afghans ou des Pakistanais pour 5000 dollars mais sans réelles preuves d'une quelconque implication dans le terrorisme.
Barack Obama, le successeur de George Bush, a ordonné la fermeture de la prison sur la base américaine à Cuba mais il n'a pas pu tenir son engagement en raison du casse-tête politique, judiciaire et humanitaire que cela représente. Environ 180 personnes sont encore détenues à Guantanamo.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Sondage Suisses de l'étranger

Sondage: clavier et main close up

Suisses de l’étranger, donnez-nous votre avis

Meinungsumfrage

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS