Navigation

Le canton de Vaud dénonce pénalement des travaux illicites

Ce contenu a été publié le 03 juin 2014 - 17:15
(Keystone-ATS)

Le canton de Vaud hausse le ton dans l'affaire du chalet de luxe à Villars-sur-Ollon (VD). Après avoir fait stopper le chantier il y a quinze jours, il a dénoncé mardi pénalement des travaux illicites. La propriétaire dit "son étonnement".

La conseillère d'Etat Jacqueline de Quattro a adressé une dénonciation pénale au Ministère public. La cheffe du Département du territoire et de l'environnement (DTE) déplore notamment diverses infractions aux règles en matière de police des constructions, au droit forestier ainsi qu'à la protection de la nature, indique mardi le canton dans un communiqué.

Plusieurs violations

La décision a été prise sur la base des pièces du dossier actuellement à disposition et des visites sur place. Comme exemples d'infractions, le canton mentionne la mise sous tuyau d'un cours d'eau, des aménagements non conformes et des défrichements. De plus, les rapports d'évaluation pour les constructions instables n'ont toujours pas été produits.

Le 20 mai, les autorités d'Ollon ont suspendu le chantier du chalet à la demande de la cheffe du DTE. Les propriétaires de l'édifice ont ensuite recouru devant la Cour de droit administratif et public (CDAP) contre cette décision et celle de déplacer la grue.

Dans le cadre de mesures provisionnelles, la cour a confirmé le blocage du chantier mais accordé l'effet suspensif pour le déplacement de la grue. Interrogée par l'ats, la propriétaire des lieux souligne "son étonnement" par rapport à la dénonciation pénale. Elle affirme avoir demandé une réunion avec les services concernés et n'avoir reçu aucune réponse.

Propriétaire surprise

L'affaire a été révélée par un reportage de la RTS. Dans une interview à "24 heures", la propriétaire s'est défendue. "Je ne peux pas être responsable de chaque entreprise qui a travaillé ici", a affirmé la Russe naturalisée. La maison est estimée à plus de 20 millions auprès de l'Etablissement cantonal d'assurances (ECA).

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.