Navigation

Le crash de San Francisco dû à une "mauvaise gestion" des pilotes

Ce contenu a été publié le 25 juin 2014 - 03:54
(Keystone-ATS)

L'agence américaine de sécurité des transports (NTSB) a suggéré que le Boeing 777 de la compagnie Asiana s'est écrasé en juillet dernier à San Francisco en raison d'une "mauvaise gestion" dans le cockpit et d'un système automatisé mal compris des pilotes. Boeing a toutefois contesté cette version.

La NTSB, qui était interrogée lors d'une audition au Congrès, cite plusieurs éléments ayant participé à cette mauvaise gestion: une mauvaise formation des pilotes et la difficulté à stabiliser l'appareil en atterrissant.

Les pilotes du Boeing 777 de la compagnie sud-coréenne dépendaient trop de systèmes automatisés qu'ils ne comprenaient pas, a estimé le président par intérim de la NTSB, Christopher Hart. "Le Boeing 777 est l'un des appareils les plus sophistiqués et automatisés en service", a-t-il souligné.

Et "plus le système automatisé est compliqué, plus c'est un défi de s'assurer que les pilotes le comprennent correctement", a-t-il ajouté. "Dans ce cas précis, les membres d'équipage ont trop compté sur des systèmes automatisés qu'ils ne comprenaient pas entièrement. Et c'est comme cela qu'ils ont fait voler l'appareil trop lentement et que celui-ci a percuté une digue au bout de la piste d'atterrissage", a-t-il expliqué.

Dans un communiqué, Asiana s'est dit d'accord avec les "multiples facteurs" mis en avant par la NTSB pour expliquer l'accident. La compagnie a aussi pointé "la complexité d'utilisation du pilote automatique et de l'automanette", dont la NTSB elle-même a jugé "qu'ils étaient expliqués de manière lacunaire dans les manuels fournis par Boeing".

Mais Boeing a affirmé dans un communiqué qu'il n'était "pas d'accord avec la déclaration de la NTSB selon laquelle le système de vol automatisé a contribué à l'accident". "Cette conclusion n'est pas étayée par des preuves", souligne-t-il, en faisant valoir le bilan "extraordinaire" du 777 en matière de sécurité.

Le 6 juillet, le vol 214 d'Asiana Airlines en provenance de Séoul s'était écrasé à l'aéroport de San Francisco après que la queue de l'appareil eut heurté une digue séparant la piste d'atterrissage d'un plan d'eau. L'avion transportait au total 307 personnes. L'accident avait fait 200 blessés et trois morts, dont une adolescente chinoise qui avait survécu au crash mais avait été écrasée par un camion de pompiers pendant les opérations de secours.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.