Navigation

Le Premier ministre Erdogan candidat à la présidentielle d'août

Ce contenu a été publié le 01 juillet 2014 - 12:20
(Keystone-ATS)

Le Premier ministre islamo-conservateur turc Recep Tayyip Erdogan, qui dirige la Turquie depuis onze ans, sera candidat à l'élection présidentielle des 10 et 24 août, a annoncé son parti. Son entrée en lice ne faisait guère de doutes depuis la nette victoire de l'AKP aux municipales du 30 mars.

"Notre candidat à l'élection présidentielle est notre président général et député d'Istanbul, Recep Tayyip Erdogan", a déclaré mardi sous les ovations Mehmet Ali Sahin, vice-président du Parti gouvernemental de la justice et du développement (AKP, islamo-conservateur) lors d'une réunion à Ankara.

Le scrutin des 10 et 24 août se disputera pour la première fois au suffrage universel. Le président était jusque-là élu par les députés.

Favori du scrutin

A en croire les sondages, l'homme fort de la Turquie, 60 ans, devrait largement remporter le scrutin et être élu pour un premier mandat de cinq ans à la tête de l'Etat. Il deviendrait ainsi le dirigeant qui a régné le plus longtemps sur le pays depuis le fondateur de la République turque Mustafa Kemal Atatürk.

Son entrée en lice ne faisait guère de doutes, malgré une contestation de plus en plus violente de son régime, jugé "autoritaire", et un scandale de corruption sans précédent.

Autres candidats

Selahattin Demirtas, coprésident de la principale force politique kurde de Turquie (HDP, Parti démocratique populaire), a annoncé lundi qu'il serait le candidat des Kurdes à la présidentielle d'août.

Pour s'attirer les voix de la communauté kurde estimée à 15 millions de personnes sur une population de 76 millions, M. Erdogan a fait déposer la semaine dernière au parlement un projet de réforme destiné à réveiller le processus de paix avec les rebelles kurdes, actuellement au point mort.

Les deux principales forces d'opposition, le Parti républicain du peuple (CHP) et le Parti de l'action nationaliste (MHP), ont désigné un candidat commun en la personne d'Ekmeleddin Ihsanoglu, ancien secrétaire général de l'Organisation de la coopération islamique (OCI), âgé de 70 ans.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.