Navigation

Le transfert de marchandise par train à travers les Alpes encouragé

Ce contenu a été publié le 17 mars 2014 - 19:38
(Keystone-ATS)

Le transit des marchandises sur les rails à travers les Alpes doit être davantage soutenu. Le Conseil national a accepté lundi par 134 voix contre 54 de relever le plafond de dépenses de 1495 à 1675 millions de francs à cet effet, au grand dam de l'UDC et d'une partie du PLR qui refusaient cette augmentation de 180 millions de francs.

"C'est de l'argent bien investi, car il permet de réduire la pollution atmosphérique et sonore", a relevé Regula Rytz (Verts/BE). Afin d'éviter un brusque arrêt des subventions pour le transport de fret par containers sur wagons, la validité du plafond de dépenses a été prolongée de 5 ans à 2023.

Le rapport du Conseil fédéral sur le transfert du trafic, dont les élus ont pris acte, a provoqué un large débat sur l'opportunité de poursuivre dans cette voie alors que l'objectif de l'Initiative des Alpes, qui a fixé dans la loi un plafond à 650'000 camions d'ici 2018, est jugé irréaliste par la droite.

Des améliorations

Les mesures prises jusqu'à présent dans le transfert du trafic route-rail ont permis d'éviter jusqu'à 700'000 courses de camions par an à travers les Alpes. En 2012, 1,2 million de poids lourds ont transité par par la route. Leur nombre a baissé en 2013 à 1,1 million.

Le Conseil fédéral souhaite poursuivre dans cette direction à l'aide de mesures supplémentaires. "On est encore loin de l'objectif fixé dans la loi, mais il y a des améliorations", a noté Roger Nordmann (PS/VD), au nom de la commission.

Verts et Vert'libéraux, plus critiques, ont fustigé ces résultats restés en deçà des attentes, reprochant au gouvernement sa mauvaise volonté pour mettre en oeuvre le vote du peuple en 1994. Ils souhaitent que l'ouverture des tunnels du St-Gothard en 2016 et du Ceneri en 2019 permette une avancée.

Politique irréaliste mais positive

Mais cette mesure ne sera certainement pas validée, a averti la ministre des transports Doris Leuthard. "Mais ça ne veut pas dire qu'il ne faut pas poursuivre cette politique, car elle s'est révélée malgré tout positive", notamment concernant la réduction de la pollution et du trafic routier à travers les Alpes, a ajouté la conseillère fédérale.

Le Parlement a déjà suffisamment montré son engagement pour respecter la Constitution, a remarqué Olivier Français (PLR/VD). Face à cette situation, le PLR, "ni pour ni contre, aimerait bien que ça change", a-t-il résumé.

Motion de la droite rejetée

Finalement, les élus ont rejeté par 112 voix contre 71 une motion UDC soutenue par une partie du PLR. Elle refusait une augmentation du plafond de dépense, mais acceptait la prolongation de sa validité de trois ans.

L'encouragement financier du transport combiné doit continuer jusqu'à ce que les nouvelles transversales ferroviaires alpines (NLFA) soient intégralement mises en service et que le corridor de 4 mètres au St-Gothard soit réalisé.

Au total, le Conseil fédéral prévoit de mettre à disposition au maximum 350 millions de francs. Le dossier va au Conseil des Etats.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Changer le mot de passe

Souhaitez-vous vraiment supprimer votre profil?