Navigation

Les seniors meurent plus en tombant, mais sous-estiment les risques

Ce contenu a été publié le 05 août 2014 - 20:19
(Keystone-ATS)

Les chutes tuent plus souvent que les accidents de circulation ou ceux de sport. Les personnes âgées, premières touchées, ont toutefois davantage tendance à sous-estimer les risques, remarque le bpa.

Chaque année, 1700 personnes meurent en Suisse suite à une chute survenue dans l'exercice d'activités quotidiennes, note le Bureau de prévention des accidents (bpa) dans une analyse. Les seniors sont les plus touchés, et le risque augmente avec l'âge.

Entre 61 et 70 ans, la part de décès dus à une chute atteint neuf pour 100'000 habitants. Entre 71 et 80 ans, elle est de 41/100'000, puis de 230/100'000 entre 81 et 90 ans et de 758/100'000 pour les plus de 90 ans. Par comparaison, pour la population de moins de 60 ans, ce ratio se réduit à 1/100'000.

Paradoxalement, les principales victimes sont moins conscientes de la gravité des chutes que les autres tranches d'âge. D'après un sondage représentatif de l'institut LINK réalisé pour le bpa, les plus de 75 ans ne sont que 15% à penser que les blessures se soldent "très souvent" par des blessures nécessitant un traitement médical. Les tranches d'âge plus jeunes sont 27% de cet avis.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.