Navigation

Mondial: la victoire dans le viseur des Bleus

Ce contenu a été publié le 14 juin 2014 - 21:06
(Keystone-ATS)

Genève - L'équipe de France a une obsession: s'imposer dans son premier match de la Coupe du monde 2014 contre le Honduras, dimanche à Porto Alegre.
"Le groupe vit très bien mais on sait que l'équilibre est fragile et s'entretient dans la victoire." Hugo Lloris, capitaine et gardien de l'équipe de France, veut une victoire contre les Catrachos "pour bien lancer le tournoi". Et de poursuivre: "Nous avons fait de bons matches amicaux mais là, les compteurs sont remis à zéro. La réalité, c'est demain!"
Le tout sera de ne pas s'écrouler sous la pression et de ne pas céder à l'anxiété. "On ne sait jamais comment vont réagir les jeunes joueurs, concède le sélectionneur Didier Deschamps. De ce point de vue, ceux qui ont déjà une expérience ont un avantage, ils savent mieux comment gérer ces situations."
Interviennent alors les tauliers du vestiaire, comme Lloris. "Notre rôle est d'encadrer les jeunes joueurs, de leur montrer l'exemple, pour les mettre dans les meilleures conditions possibles. Cela fait un bon moment que nous pensons à ce premier match, tout au long des presque quatre semaines de préparation. Tout le monde se sent bien et à envie."
Unique incertitude autour des Bleus, la composition de la ligne d'attaque. Deschamps optera-t-il pour une association Karim Benzema - Olivier Giroud, qui n'a que très rarement fonctionné par le passé? Ou alors laissera-t-il l'avant-centre du Real Madrid en pointe tandis qu'il lance dans le grand bain le novice Antoine Griezmann?
Quand on lui demande de réagir à la déclaration de son ancien entraîneur à Nantes Jean-Claude Suadeau, lequel affirme qu'il construirait l'équipe de France autour de l'axe Benzema - Giroud, Deschamps botte en touche. "Aah, Coco... Il a son avis. Vous verrez bien le mien demain!"
Egalement interrogé - en anglais - sur l'obligation de la France de se racheter de son Mondial sud-africain, le sélectionneur s'est montré clair. "Je n'ai pas tout compris votre question mais j'ai juste retenu deux mots: South Africa, et c'est déjà deux de trop! C'était il y a quatre ans..."

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.