Navigation

Nokia cède ses téléphones portables à Microsoft pour 6,65 milliards

Ce contenu a été publié le 22 avril 2014 - 08:43
(Keystone-ATS)

Le finlandais Nokia a annoncé la cession définitive de sa division téléphones portables et tablettes à l'américain Microsoft pour vendredi. Fin mars, l'équipementier en télécoms avait indiqué que l'opération aurait du retard. Elle avait été divulguée en septembre dernier.

D'un montant de 5,44 milliards d'euros (6,65 milliards de francs) au total, l'accord porte sur le rachat de l'activité téléphones portables (3,79 milliards) et du droit d'utilisation des brevets du groupe finlandais (1,65 milliard). Il permet à Microsoft de rivaliser avec Google, Apple et Samsung.

Après des mois de discussions où plusieurs approbations étaient requises - comme celle du ministère du Commerce chinois, de la Commission européenne ou du département américain de la Justice - la transaction semble toucher à son but.

Nokia était numéro un mondial des téléphones portables avant de se faire voler la vedette, en 2012, par le sud-coréen Samsung. A travers cette cession, l'entreprise espère renouer avec la rentabilité et prévoit de se concentrer sur les activités de services et de construction de matériels pour opérateurs de réseaux.

Microsoft, concepteur de logiciels qui ne construit que peu de matériel informatique, dispose de ressources financières considérables pour redresser le fabricant de téléphones en situation délicate.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.