Navigation

Plus de 100'000 civils fuient les combats entre jihadistes à l'Est

Ce contenu a été publié le 10 mai 2014 - 16:52
(Keystone-ATS)

Plus de 100'000 civils ont dû fuir leurs villages dans la province syrienne de Deir Ezzor (est), a rapporté samedi l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). De violents combats entre groupes jihadistes rivaux y font rage.

Depuis dix jours, les affrontements entre l'Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL, groupe jihadiste le plus radical) et le Front Al-Nosra (branche syrienne d'Al-Qaïda) ont fait 230 morts parmi les combattants et conduit à un exode de la population par dizaines de milliers.

Les deux groupes sont pourtant engagés contre le régime de Bachar al-Assad. Cette guerre fratricide avait commencé en janvier, l'EIIL ayant été accusé de volonté hégémonique et des pires atrocités à l'égard des civils, des militants pacifistes et des rebelles. Des milliers de personnes ont péri depuis, selon l'OSDH.

L'EIIL avait été chassé de la province d'Alep (nord) et s'était retiré de la province pétrolière de Deir Ezzor en février. Mais des cellules dormantes sont passées à l'offensive le 30 avril et depuis, l'EIIL a repris plusieurs localités de Deir Ezzor.

"Les destructions sont terribles"

L'armée syrienne est entrée vendredi pour la première fois depuis plus de deux ans dans la vieille ville de Homs, dans le centre du pays, après le retrait des derniers rebelles en vertu d'un accord inédit entre belligérants.

Après le départ des derniers insurgés, épuisés par deux ans de siège et de bombardements intenses, plusieurs centaines de civils sont venus en famille, à vélo ou sur des motos, pour inspecter ce qu'il reste de leurs logements ou leurs commerces.

Samedi, certains emportaient ce qu'ils ont pu trouver comme vêtements et autres affaires, abandonnés lors de leur fuite il y a deux ans alors que les combats faisaient rage.

"Fonds de secours"

Au total, la Chambre de commerce de Homs a lancé vendredi un "fonds de secours" de l'ordre de près de 600'000 dollars en vue de reconstruire le centre-ville ravagé. Elle a appelé les donateurs à contribuer à cette opération.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Changer le mot de passe

Souhaitez-vous vraiment supprimer votre profil?