Navigation

Preuves de fraudes durant la présidentielle afghane de samedi passé

Ce contenu a été publié le 09 avril 2014 - 20:59
(Keystone-ATS)

Les preuves de fraudes au premier tour de l'élection présidentielle afghane s'accumulent, estime la Commission des plaintes électorales (ECC). Ces déclarations soulèvent les craintes d'une répétition du scénario de 2009 où le bourrage d'urnes avait entaché la crédibilité du scrutin.

"Il y a eu des fraudes, il y a des entorses, et pas en petit nombre", a déclaré mercredi le président de l'ECC, Abdul Satar Saadat. "Mais nous sommes confiants d'être en mesure d'identifier les fraudes", a-t-il ajouté, précisant que 3000 plaintes avaient déjà été déposées à la Commission.

"La majorité des plaintes que nous avons enregistrées pour l'instant concerne des assesseurs de bureaux de vote. Nous enquêtons pour faire toute la lumière et déterminer qui travaillait avec qui", a-t-il ajouté. L'EEC a assuré que tous les bulletins illégaux seraient exclus du décompte.

Une "grande réussite"

"La tenue en soi de cette élection n'était pas une mince affaire (... ) mais le taux de participation témoigne d'une grande réussite. Or malgré cette réussite, il y a eu des fraudes par endroits", a renchéri Yousof Nooristani, chef de la Commission électorale indépendante (IEC), organisme responsable de l'organisation du scrutin.

Plus tôt cette semaine, l'EEC avait affirmé que le premier tour de vote avait été "moins frauduleux", que la précédente élection présidentielle, en 2009, entachée par des fraudes massives.

Environ sept millions d'Afghans, sur les quelques treize millions d'électeurs éligibles, ont voté pour l'un des huit candidats à la succession du président Hamid Karzaï. Mais des millions de cartes d'électeurs supplémentaires seraient en circulation dans le pays, ce qui accroît le risque de fraude, selon des observateurs et des analystes.

Avantage à d'ex-ministres

Les autorités afghanes poursuivaient mercredi le dépouillement des bulletins de vote, une opération sensible qui pourrait faire l'objet de multiples contestations.

La Commission électorale a soutenu mercredi que les premiers résultats dans certaines provinces seront disponibles à partir de samedi, prélude à des résultats préliminaires complets le 24 avril et un possible deuxième tour le 28 mai.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Changer le mot de passe

Souhaitez-vous vraiment supprimer votre profil?