Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le ministre français de l'Intérieur Claude Guéant évoque, dans le "Journal du Dimanche", un contrôle policier en 2006 de Dominique Strauss-Kahn au bois de Boulogne, haut lieu de la prostitution parisienne. Il qualifie également de "foutaises" toute théorie d'un "complot" contre DSK à New York.

M. Guéant, interrogé sur une rumeur selon laquelle l'ancien patron du Fonds monétaire international (FMI) avait été surpris en décembre 2006 dans ce parc malfamé, répond au JDD: "Oui, j'ai entendu parler de cette histoire au cours de laquelle monsieur Strauss-Kahn avait été contrôlé au bois de Boulogne par les fonctionnaires chargés de la surveillance de cet endroit lors d'un contrôle de routine".

Selon l'un des avocats de DSK, ce contrôle s'explique par le fait que son client habitait en 2006 "sur le bois de Boulogne" où il aurait "fait l'objet d'un contrôle de routine, et rien de plus".

"Pas un guet-apens"

"Il n'était pas tombé dans un guet-apens de la police! Il n'était pas suivi. Ce n'est quand même pas la faute de la police s'il était là-bas ce soir-là!", ajoute le ministre qui relève qu'aucune procédure n'avait été engagée à l'époque contre DSK.

Arrêté le 14 mai à New York et accusé d'agression sexuelle à l'encontre d'une femme de chambre, M. Strauss-Kahn a démissionné de son poste de directeur général du FMI. Il était alors favori des sondages pour l'élection présidentielle française de 2012.

Son nom est aussi cité dans une affaire de proxénétisme à Lille, dans le nord de la France, qui mêle des policiers et des responsables d'entreprises, qui auraient organisé des parties fines avec des prostituées.

ATS