Navigation

Une belle option pour le PSG

Ce contenu a été publié le 02 avril 2014 - 22:49
(Keystone-ATS)

Genève - Paris est décidément magique ! Un but extraordinaire de Javier Pastore à la 93e minute place le PSG dans une position extrêmement favorable dans son duel avec Chelsea.
Victorieux 3-1 des Londoniens au Parc des Princes en match aller des quarts de finale de la Ligue des Champions, la formation de Laurent Blanc peut nourrir tous les espoirs. La qualification lui tend les bras. Mardi à Stamford Bridge, elle devrait être en mesure de conserver cet avantage même en l'absence de Zlatan Ibrahimovic qui s'est blessé à peu après l'heure de jeu.
Face à un Chelsea trop minimaliste en seconde période, les Parisiens ont forcé la décision sur une réussite de Lavezzi (4e), sur un autogoal de David Luiz (61e) et sur cet incroyable exploit de Pastore dans le temps additionnel. Introduit à la 84e pour Lavezzi, le meilleur homme sur le terrain, l'Argentin a éliminé trois adversaires sur la ligne de fond avant de surprendre Cech au premier poteau du gauche.
Le PSG a-t-il marqué trop tôt ? La question peut se poser après le scénario bien curieux de la première période. Les Parisiens réussissaient une entame de rêve avec l'ouverture du score de Lavezzi à la 4e minute. L'Argentin signait un enchaînement parfait contrôle-volée.
Ce but de Lavezzi a bouleversé toute la donne de la rencontre dans la mesure où Chelsea s'est assuré la possession du ballon. A la 26e minute, Chelsea égalisait sur un penalty de Hazard accordé pour un foul de Thiago Silva sur Oscar. Le capitaine parisien commettait une faute inutile au terme d'une rupture provoquée par une perte de ballon d'Ibrahimovic. Paris était trahi par ses deux tauliers... Dans le camp adverse, celui de Chelsea brillait de mille feux. Après avoir pris à contre-pied Sirigu sur le penalty, Hazard aurait pu réussir le K.O. à la 40e avec sa volée qui trouvait le poteau opposé.
A la reprise, Verratti, si décevant en première période, avait retrouvé tous ses esprits pour donner à nouveau le bon ton. Le PSG prenait enfin les commandes du match. A la 61e, il trouvait l'ouverture une deuxième fois. Lavezzi bottait sur le flanc gauche un coup-franc rentrant que David Luiz détournait dans ses propres filets. Seulement, le PSG perdait à la 68e Ibrahimovic, peut-être victime d'un claquage alors qu'il relevait enfin la tête de l'eau après avoir, lui aussi, livré une première mi-temps indigne de son talent.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.