Navigation

Une dispute entre deux hommes aurait déclenché la panique à Londres

La police des transports londoniens a indiqué en soirée que le mouvement de panique aurait été déclenché par "une altercation entre deux hommes" sur le quai de la station de métro d'Oxford Circus. KEYSTONE/AP/ALASTAIR GRANT sda-ats
Ce contenu a été publié le 25 novembre 2017 - 01:40
(Keystone-ATS)

"Une altercation entre deux hommes" serait à l'origine du mouvement de panique qui a eu lieu au coeur de Londres dans le quartier d'Oxford Circus vendredi après-midi, a annoncé la police des transports. Seize personnes ont été blessées lors de l'incident.

Les autorités on publié dans la soirée un enregistrement vidéo montrant les deux inconnus sur le quai de la station de métro d'Oxford Circus, les appelant à se manifester. Un appel à témoins a aussi été lancé.

Neuf personnes blessées dans les bousculades qui ont suivi le mouvement de panique ont dû être hospitalisées. Sept autres ont été soignées pour des blessures légères avant d'être renvoyées chez elles, selon le service londonien des ambulances.

Après avoir traité dans un premier temps l'incident comme s'il s'agissait d'un acte de terrorisme, les forces de l'ordre ont indiqué un peu plus tard n'avoir trouvé "aucune trace de coups de feu, ni suspect, ni victime". Elles ont finalement déclaré qu'elles se retiraient des lieux.

Incident terminé

L'incident "est terminé", a indiqué la police londonienne dans un communiqué, une heure et demie après avoir reçu, à 16h38, des signalements de coups de feu tirés à Oxford Street et dans la station de métro Oxford Circus.

"La zone a été fouillée rapidement et nous sommes en train de lever les cordons de sécurité", a-t-elle précisé sur Twitter.

Selon une journaliste de l'AFP sur place, les gens confinés dans les magasins avaient commencé à quitter dans le calme les lieux où s'étaient rendus des policiers armés.

Les stations de métro d'Oxford Street et de Bond Street, qui avaient été fermées, ont rouvert et les trains y circulent à nouveau normalement, selon la police des transports britannique.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.