Navigation

Une explosion à Islamabad fait au moins 22 tués

Ce contenu a été publié le 09 avril 2014 - 11:52
(Keystone-ATS)

L'explosion d'une bombe dans un marché populaire de la capitale pakistanaise Islamabad a fait mercredi au moins 22 tués et près d'une centaine de blessés, ont annoncé des responsables. Cet attentat est le plus sanglant depuis 2008 dans la capitale pakistanaise généralement préservée des violences.

Dans le marché aux fruits du secteur excentré de I-11, une foule fourmillait tôt mercredi lorsqu'une bombe d'environ cinq kilos cachée dans une caisse de fruits a explosé pour creuser un cratère d'environ 1m50 de diamètre.

Selon un journaliste de l'AFP sur place, le site a aussitôt été bouclé par la police et les forces antiterroristes.

"Le bilan total est maintenant de 22 morts et 96 blessés", a déclaré Javed Qazi, vice-directeur de l'hôpital où la majorité des victimes ont été transportées.

Quinzaine de tués récemment

"Il y avait environ 2000 personnes dans le marché lorsque la bombe artisanale, d'environ quatre ou cinq kilos, a explosé dans le marché", a déclaré l'inspecteur en chef de la police d'Islamabad Muhammad Khalid Khattak.

Cet attentat, qui n'avait pas été revendiqué dans l'immédiat, est le plus sanglant perpétré dans la capitale Islamabad, généralement épargnée par les violences qui endeuillent le reste du pays, depuis des violences qui ont fait une cinquantaine de tués en 2008.

Au Pakistan, les attentats frappent davantage la métropole économique Karachi (sud), les zones du nord-ouest à la frontière de l'Afghanistan et la province instable du Baloutchistan où une quinzaine de personnes ont encore perdu la vie mardi dans l'explosion d'un train par la rébellion sécessionniste locale.

L'attentat d'Islamabad est intervenu alors que le gouvernement d'Islamabad et les combattants Tehreek-e-Taliban Pakistan (TTP), une coalition de groupes islamistes armés, se sont engagés à respecter un cessez-le-feu pour stimuler leurs pourparlers de paix.

Discussion avec le gouvernement

Le porte-parole officiel du TTP, Shahidullah Shahid, a nié toute implication de son mouvement dans cette attaque. "Nous ne tuons pas des civils innocents, le gouvernement devrait arrêter les coupables", a-t-il déclaré.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.