Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Didier Burkhalter et le nouveau secrétaire général des Nations unies Antonio Guterres ont "les mêmes priorités sur la prévention des conflits", selon le conseiller fédéral.

KEYSTONE/EPA KEYSTONE POOL/LAURENT GILLIERON / POOL

(sda-ats)

Didier Burkhalter a profité de la venue jeudi à Genève du secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres pour le rencontrer. Le conseiller fédéral ne craint pas un possible impact de Donald Trump sur l'organisation mais admet une période "difficilement prévisible".

"Le monde change", a dit à l'ats le chef du Département fédéral des affaires étrangères (DFAE). "L'arrivée de nouvelles personnes aux leviers des grandes puissances et toutes les élections qui ont lieu cette année rendent la période actuelle difficilement prévisible". Beaucoup plus encore que "ce que l'on pensait il y a quelques mois".

Le président américain élu Donald Trump a laissé entendre qu'il pourrait réduire la part de son pays, premier contributeur, au financement de l'ONU. "Le multilatéralisme appartient davantage aux Chinois" et d'autres puissances émergentes, selon M. Burkhalter.

Valoriser la Genève internationale

Le rôle de la Genève internationale dans ce nouvel environnement est confronté à "des risques mais aussi des opportunités". Après sa visite d'Etat à Berne dimanche et lundi, le président chinois Xi Jinping doit faire un passage mercredi prochain à l'ONU à Genève et se rendre à l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

M. Burkhalter se réjouit aussi de l'entrée en fonction de M. Guterres. "Il a les mêmes priorités que nous sur la prévention des conflits", dit-il. Pour contourner les divergences régulières au Conseil de sécurité, il faut déplacer les efforts sur les causes des crises.

Le conseiller fédéral avait lancé en juin dernier à Genève un appel à mettre davantage les droits de l'homme au centre de cet engagement. Une approche qui correspond à celle de M. Guterres avec lequel la Suisse souhaite collaborer sur cette question et sur les bons offices.

M. Burkhalter souhaite que la Genève internationale soit mieux valorisée pour son apport sur la paix et la sécurité, les droits de l"homme, l'aide humanitaire, la migration ou encore l'application des Objectifs de développement durable (ODD).

Invitation pour une visite officielle

M. Guterres a dirigé pendant plusieurs années le Haut-Commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR) à Genève. Il a évoqué la diversité des compétences "des acteurs internationaux dans cette ville", a expliqué le DFAE. Le conseiller fédéral l'a invité à une visite officielle en Suisse.

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

ATS