Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Doris Leuthard a de quoi sourire: la PDC argovienne a été élue présidente de la Confédération pour la deuxième fois par l'Assemblée fédérale.

KEYSTONE/PETER SCHNEIDER

(sda-ats)

Doris Leuthard présidera la Confédération en 2017, pour la 2e fois. L'Assemblée fédérale a élu mercredi la PDC argovienne de 53 ans par 188 voix sur 207 bulletins valables. Dans son discours, elle a appelé à la cohésion pour répondre aux défis de la mondialisation.

La ministre de l'environnement, des transports, de l'énergie et de la communication succède au libéral-radical Johann Schneider-Ammann.

Dix-neuf bulletins ont porté le nom de personnalités diverses, dont onze sont allées à Ueli Maurer. Vingt-et-un étaient blancs et sept nuls. La nouvelle présidente fait mieux que lors de sa première élection en 2009 (158 voix sur 183 bulletins valables). Elle a aussi été mieux élue que ses actuels collègues de l'exécutif, à l'exception de Johann-Schneider Ammann, qui avait récolté 196 voix l'an dernier.

De gros défis en 2017

Après les votes sur le Brexit et l'élection de Donald Trump aux Etats-Unis, il va falloir affronter de "gros défis", a déclaré Doris Leuthard. Dans un discours dans les trois langues nationales, la conseillère fédéral a évoqué la globalisation. Pour y faire face, il faudra "la collaboration de tous car il n'est pas possible d'y répondre seul".

La mondialisation est actuellement remise en cause. Il n'a jamais été aussi facile d'échanger avec le reste du monde. Mais cette évolution n'est pas que positive: la pression sur les salaires est une réalité, l'écart entre riches et pauvres augmente, a-t-elle poursuivi.

La Suisse est un pays stable doté de nombreuses compétences: "Nous devons et pouvons être plus confiants face aux autres Etats." Mais la Suisse ne peut faire cavalier seul: "Nous avons besoin des accords bilatéraux", a-t-elle lancé aux parlementaires.

Pour répondre aux défis à venir, "il faut dépasser les tensions politiques et prendre nos responsabilités pour construire un pays où aucune région n'est mise de côté, où il n'y a pas de séparation entre élites et peuple", a-t-elle conclu sous des applaudissements nourris.

Déjà en 2010

L'Argovienne a déjà présidé la Confédération en 2010. Elle avait à l'époque déjà succédé à un libéral-radical, Hans-Rudolf Merz. Avec cette deuxième élection, c'est la 15e fois que le canton d'Argovie est représenté à ce poste honorifique. Avant elle, Joseph Deiss a été le dernier représentant du PDC à présider le Conseil fédéral. C'était en 2004.

Doris Leuthard a été élue au Conseil fédéral en 2006, reprenant le flambeau des mains de Joseph Deiss. En 2010, elle a quitté le Département de l'économie pour celui de l'environnement, des transports, de l'énergie et de la communication (DETEC).

Alain Berset vice-président

Le Parlement a élu vice-président le socialiste fribourgeois Alain Berset par 187 voix sur 206 bulletins valables. L'année passée, Doris Leuthard avait été élue à ce poste avec 180 voix.

ATS