Toute l'actu en bref

Jean-Charles Legrix ne compte pas susciter un nouvel imbroglio juridico-politique au sein de la Ville de La Chaux-de-Fonds. (archives)

KEYSTONE/CHRISTIAN BRUN

(sda-ats)

Jean-Charles Legrix renonce à recourir au Tribunal cantonal neuchâtelois contre les résultats des élections communales à La Chaux-de-Fonds. L'ancien conseiller communal UDC, non réélu en juin, a pris cette décision "par gain de paix".

"La Ville aurait été menacée de vivre un nouvel imbroglio juridico-politique préjudiciable tant à son image qu'à son gouvernement", a expliqué Jean-Charles Legrix jeudi dans un communiqué.

Il invoque également comme motif le respect de la démocratie. "Le peuple chaux-de-fonnier a choisi de maintenir l'UDC dans son exécutif, mais de changer son représentant: je considère devoir respecter l'expression de cette décision populaire", dit-il.

Le procureur enquête

M. Legrix précise qu'il avait recouru auprès de la chancellerie cantonale pour qu'une enquête soit ouverte sur des irrégularités suspectées. Il estime que son objectif est atteint: le procureur général du canton de Neuchâtel, Pierre Aubert, va enquêter et poursuivre, s'il y a lieu, d'éventuelles captations de suffrages.

La semaine dernière, la chancellerie a admis que certains bulletins présentaient des ressemblances d'écriture. Mais ceux-ci concernaient un candidat au Conseil général et non à l'exécutif. Et les résultats globaux seraient demeurés inchangés en supprimant ces bulletins.

Après le rejet de son recours par la chancellerie, Jean-Charles Legrix avait jusqu'à fin août pour porter le dossier plus haut. Mais il a d'ores et déjà pris sa décision, sans attendre le retour de son avocat Claude Nicati de ses vacances à l'étranger.

Mercredi, il avait annoncé qu'il renonçait à siéger au Conseil général de la métropole horlogère lors de la prochaine législature. Il avait ajouté qu'il quittait aussi la vice-présidence de l'UDC neuchâteloise. En revanche, il reste député au Grand Conseil.

sda-ats

 Toute l'actu en bref