Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La technologie a été inspirée par les théories de Newton sur la mécanique céleste.

KEYSTONE/LEO DUPERREX

(sda-ats)

Une horloge mécanique hors du commun sera exposée à Neuchâtel à partir du 16 décembre. Ce garde-temps est équipé d'un oscillateur d'un genre nouveau, à mouvement continu et non plus alterné: il fonctionne donc sans tic-tac.

Les chercheurs ont remis en question la nécessité de l'échappement, une pièce dont sont dotés les mouvements mécaniques traditionnels, et qui produit le fameux tic-tac. Ils ont fait appel aux principes décrits par Newton au 17e siècle concernant la mécanique céleste.

Autour du soleil, les planètes ont un mouvement orbital en forme d'ellipse et unidirectionnel. L'année a la même durée pour chacune d'elles, quelles que soient leurs orbites. Forts de ces observations, les inventeurs s'en inspirent pour leur mécanisme horloger, faisant disparaître le traditionnel mouvement de va-et-vient.

Miniaturisation

De plus, l'oscillateur peut être réalisé avec la technologie dite "de guidages flexibles", qui permet d'éviter les pertes par frottements. L'invention laisse entrevoir des garde-temps mécaniques plus simples à réaliser, comme des pendulettes ou montres. Elle permet aussi de meilleures performances pour la réserve de marche et la précision chronométrique. Les chercheurs travaillent à une miniaturisation.

Cette technologie a été développée par le laboratoire Instant-Lab de l'EPFL, installé au sein de Microcity à Neuchâtel. L'oscillateur IsoSpring a été dévoilé pour la première fois en 2014. Il est désormais intégré dans une horloge mécanique complète du même nom.

Le prototype sera exposé dans la salle des Pas Perdus de l'Hôtel de Ville. Il sera dévoilé en même temps que ce bâtiment qui a été entièrement restauré.

ATS