Toute l'actu en bref

"Les services financiers connaissent une vague d'innovation", a souligné lundi Thomas Jordan à Genève (archives).

KEYSTONE/WALTER BIERI

(sda-ats)

Thomas Jordan a relevé lundi, à l'occasion du Sibos, le rôle joué par les infrastructures dans la mise en oeuvre de la politique monétaire. Sans elles, "nous ne serions pas en mesure de remplir notre mandat", a précisé le président de la Banque nationale suisse (BNS).

"Votre branche d'activité, qui ne constitue rien de moins que l'épine dorsale du système financier, connaît une vague d'innovation", a souligné Thomas Jordan à Genève. La rencontre annuelle du Sibos réunit des fournisseurs de services financiers du monde entier.

"Le défi que doivent relever les instances de réglementation et les banques centrales, c'est de comprendre correctement et suffisamment tôt les conséquences, tant positives que négatives, des nouvelles technologies (...). A cette fin, il est nécessaire d'adapter périodiquement le cadre général, pour que les innovations déploient leurs effets", a poursuivi le président de la direction générale de la BNS.

Aujourd'hui, il n'est plus question d'accroître l'efficacité par la centralisation; au contraire, on souhaite y parvenir par le processus inverse, soit la décentralisation.

"Cela dit, je ne crois pas que la décentralisation s'imposera dans toutes les fonctions et infrastructures des marchés financiers. Et il est possible qu'à l'avenir, les nouvelles technologies coexistent avec les technologies conventionnelles, ou qu'elles soient combinées", a-t-il précisé.

Guichets virtuels

Thomas Jordan a enchaîné en mentionnant différentes expériences menées sur sol helvétique en lien avec les technologies de la finance (fintech). Il a évoqué l'exemple de la ville de Zoug qui accepte, à titre d'essai, une crypto-monnaie pour le paiement des taxes. Il a aussi cité la possibilité de retirer de l'argent dans certains bancomats, au moyen d'un téléphone portable.

"Aujourd'hui, la salle des guichets de notre banque tient dans une application de notre téléphone portable", a-t-il déclaré. Pour lui, les innovations utiles augmentent le bien-être économique global.

sda-ats

 Toute l'actu en bref