Toute l'actu en bref

Selon Albert Rösti, la crise migratoire menace la prospérité de la Suisse en pesant sur ses dépenses sociales (archives).

Keystone/MARCEL BIERI

(sda-ats)

La gauche contribue à attirer des réfugiés aux portes de la Suisse à travers sa "culture de la bienvenue", dénonce Albert Rösti. Le président de l'UDC s'en prend surtout aux élus qui ont rendu visite aux réfugiés restés en rade à Côme (I).

Selon M. Rösti, la crise migratoire pèse sur les dépenses sociales. Si l'on ne met pas un terme à cette "migration des peuples", nos descendants ne devront pas seulement travailler pour financer la retraite des aînés, a dit samedi le conseiller national bernois. "Ils devront aussi le faire pour ceux qui viennent en Suisse afin d'avoir une meilleure vie sans pouvoir ou vouloir travailler."

Le "manque de volonté politique" pour bloquer l'afflux de migrants est largement responsable de la crise migratoire, a poursuivi M. Rösti, applaudi par les délégués réunis à Wettingen (AG). Il a même accusé les élus socialistes - qui se sont rendus à Côme la semaine dernière - de conseiller les migrants sur la manière d'entrer en Suisse, s'ils devaient être renvoyés par les gardes-frontière.

"Si on avait fermé les frontières à temps, comme l'UDC l'avait exigé il y a deux ans, ces personnes ne se retrouveraient pas en rade à Côme aujourd'hui", a-t-il déclaré. Le conseiller national a une nouvelle fois exigé l'aide de l'armée pour renforcer les gardes-frontière, voire la suspension provisoire du droit d'asile, si nécessaire.

Aider dans les camps

Selon Albert Rösti, la Suisse ferait preuve de davantage d'humanité en venant en aide aux réfugiés dans les grands camps qui bordent les frontières de leurs pays. Pour ce faire, il s'agirait d'y affecter les moyens alloués actuellement à l'aide au développement tout en faisant comprendre aux réfugiés qu'ils doivent rentrer chez eux dès que possible.

Dans une brève allocution, le ministre des finances Ueli Maurer a, lui, mis en garde face à la tentation d'assouplir les contrôles aux frontières en raison de la baisse des demandes d'asile. "Nous devons poursuivre notre politique", a souligné le conseiller fédéral de l'UDC. Et d'ajouter que les paysans voisins ont eux aussi introduit des contrôles stricts. Même l'Allemagne a tourné le dos à la "culture de la bienvenue", a ajouté M. Maurer.

Valeurs chrétiennes prétéritées

Dans son discours de président, Albert Rösti a en outre dénoncé l'éclatement des valeurs chrétiennes qu'il constate en Suisse. Il a critiqué le choix de la Société suisse d'utilité publique de faire chanter, le 1er août, un hymne national exempt de référence à Dieu bien que le préambule de la Constitution fédérale soit rédigé "au nom de Dieu tout puissant".

"Ceux qui ne portent plus soin de nos valeurs sont les mêmes qui se montrent sur-tolérants à l'égard d'autres cultures et de l'Islam en particulier", a déclaré le président de l'UDC. Et de saluer le lancement de l'initiative contre le port de la burqa.

sda-ats

 Toute l'actu en bref