La Bourse suisse finit dans le rouge, victime des banques

 Toute l'actu en bref

L'indice des 20 valeurs vedettes, le Swiss Market Index (SMI), a perdu 0,06%, terminant à 8664,80 points (archives).

KEYSTONE/GAETAN BALLY

(sda-ats)

La Bourse suisse a perdu un peu de terrain lundi. Les valeurs bancaires, Credit Suisse en particulier, ont été sous pression.

Un projet d'augmentation de capital chez Deutsche Bank ainsi qu'une nouvelle restructuration ont fait plonger le secteur bancaire en Europe. Des courtiers auraient déclaré que Deutsche Bank ressemble toujours davantage au Credit Suisse.

A part cela, ce sont surtout les perspectives de croissance économique en Chine ainsi que la politique des taux d'intérêt de la Réserve fédérale (Fed) qui sont sujets de discussion en ce moment sur les marchés.

A New York, Wall Street était en léger repli, au début d'une semaine marquée par les chiffres mensuels de l'emploi aux Etats-Unis. Les chances d'un relèvement des taux lors de la réunion de la Fed les 14 et 15 mars semblent s'être renforcées, après des déclarations de responsables de la banque centrale américaine en fin de semaine précédente et notamment de sa présidente Janet Yellen.

Dans l'immédiat, "la conviction que le marché est monté trop haut, trop vite et qu'il sera touché par des intentions de ventes des investisseurs", pèse sur les indices, a avancé Patrick O'Hare de Briefing dans une note.

Statut quo pour la BCE attendu

Sur le front des indicateurs, les investisseurs ont pris connaissance peu après l'ouverture d'une augmentation légèrement plus importante que prévu des commandes industrielles en janvier, selon les chiffres du département du commerce. Temps fort de la semaine sur le plan des statistiques économiques, les chiffres mensuels sur le marché du travail américain seront publiés vendredi.

Avant cela, la Banque centrale européenne (BCE) se réunira jeudi. Mais les analystes ne s'attendent pas à ce qu'elle bouleverse sa politique monétaire.

Dans ce contexte, le Swiss Market Index (SMI) a fini en recul de 0,06% à 8664,80 points. Le SLI a cédé 0,28% à 1371,38 points et le SPI 0,04% à 9537,08 points. Sur les 30 valeurs vedettes, 15 ont reculé, 13 avancé et deux fini stables.

Lanterne rouge du jour, Credit Suisse a chuté de 4,3%. UBS (-1,2%) et Julius Baer (-0,3%) ont mieux résisté.

Un article sur le numéro deux bancaire helvétique a paru dans la presse du week-end, selon lequel la grande banque envisagerait de renoncer à l'entrée en Bourse prévue de sa filiale suisse. L'article paru dans le journal alémanique SonntagsZeitung se référait à trois sources. Une porte-parole du Credit Suisse a renvoyé simplement aux déclarations du directeur général, Tidjane Thiam, en date du 14 février.

La banque privée Julius Baer scrute de près le marché britannique à l'affût d'une éventuelle acquisition, a indiqué le directeur général (CEO) Boris Collardi au "Financial Times". L'établissement zurichois veut saisir les opportunités qu'offre la faiblesse de la livre sterling.

Assurances dans le rouge

Sur le plan des assurances, Swiss Life a reculé de 0,6%. UBS et Kepler Cheuvreux ont dégradé le titre à respectivement "neutral" et "hold". Le courtier français estime que la récente cavalcade du cours bride désormais tout potentiel haussier. Zurich a cédé 0,25% et Swiss Re 0,01%, ce dernier après une réduction d'objectif de cours par Commerzbank, qui a confirmé "reduce".

Le ministère chinois du commerce n'a pas reçu de demande d'autorisation de ChemChina tenant à son projet de rachat de 43 milliards de dollars (42,9 milliards de francs) de l'agrochimiste bâlois Syngenta (-0,2%). C'est ce qu'a déclaré l'ancien ministre du commerce, Gao Hucheng, qui vient de prendre sa retraite. Les autres perdants sont notamment Clariant (-1%), LafargeHolcim (-0,8%) et ABB (-0,5%).

Parmi les gagnants, les valeurs du luxe Swatch (+0,6%) et Richemont (+0,3%) ont profité de perspectives encourageantes pour l'économie chinoise, présentées en fin de semaine dernière par les officiels de l'empire du Milieu. La volatile Aryzta a gagné 1,9% et Dufry 1,0%.

Les poids lourds défensifs Nestlé (+0,7%), Novartis et Roche (+0,1% chacun) ont soutenu l'indice. Novartis a publié une volée de données devant un congrès de dermatologie.

Alpiq en hausse

Sur le marché élargi, Alpiq (+2,1%) a gagné du terrain, après la publication de ses chiffres annuels. L'aéroport de Zurich a, en revanche, perdu 0,1% et VZ Holding 3,2%. La Banque cantonale de Zurich (BCZ) a souligné que les déconvenues de l'exploitant du tarmac zurichois et de l'établissement financier se sont cependant révélées moindres que redouté.

GAM a gagné 2,2%: selon des articles de presse, le fonds activiste RBR réclame la nomination d'un nouveau patron pour le gestionnaire de fortune. RBR détient 3,28% de GAM et a donc peu de chance de voir ses exigences aboutir.

Wisekey a perdu 3,5% à 4,20 francs. Dans le cadre d'un placement privé, l'entreprise a levé 1,2 million, en plaçant des actions à 3,50 francs la pièce.

ATS

 Toute l'actu en bref