Toute l'actu en bref

L'indice des 20 valeurs vedettes, le Swiss Market Index (SMI), a gagné 0,1%, terminant à 8670,06 points (archives).

KEYSTONE/GAETAN BALLY

(sda-ats)

La Bourse suisse a fini sur une note légèrement positive vendredi. Au cours de cette séance, les indices ont la plupart du temps évolué dans le rouge, le redressement intervenant sur la fin.

Après une semaine chargée en résultats annuels et déclarations politiques, le front des nouvelles d'entreprises et macro-économiques est resté plus clairsemé. En Suisse, Swiss Life a retenu l'attention, après la publication de ses résultats.

A New York, Wall Street évoluait sans tendance en début d'une séance qui devrait être marquée par un discours de la présidente de la Réserve fédérale (Fed), Janet Yellen. "Les marchés sont aux prises avec un renforcement de la perspective d'une hausse des taux de la Fed dès mars", ont écrit les experts de la maison de courtage Charles Schwab.

Surprise toujours possible

Alors que les investisseurs avaient entamé la semaine sans être convaincu que la banque centrale resserrerait sa politique lors de la prochaine réunion de son comité de politique monétaire (FOMC), d'ici deux petites semaines, plusieurs de ses responsables ont évoqué clairement une telle possibilité ces derniers jours.

Mme Yellen va s'exprimer à ce sujet en soirée, lors d'une intervention à Chicago. Elle devrait "logiquement garder un ton en ligne avec les derniers développements économiques et éviter de parler des futurs taux d'intérêt américains" mais "des surprises ne sont jamais à exclure", ont prévenu les experts de Mirabaud Securities.

Sur le plan macro-économique, la croissance de l'activité privée dans la zone euro a accéléré en février par rapport à janvier, atteignant son plus haut niveau depuis près de six ans. L'indice PMI est monté à 56 en février, contre 54,4 le mois précédent.

Au Royaume-Uni, la croissance de l'activité dans le puissant secteur des services a décéléré en février tout en restant assez vigoureuse. L'indice PMI s'est établi à 53,3 en février, contre 54,5 en janvier. Il s'agit de son plus faible niveau depuis le mois de septembre.

Aux Etats-Unis, l'activité dans les services s'est accélérée en février à la surprise des analystes. L'indice non-manufacturier a gagné 1,1 point en un mois pour s'établir à 57,6%, largement au-dessus de la limite de 50% délimitant la frontière entre contraction et progression de l'activité.

Stabilité pour Aryzta

En Suisse, le Swiss Market Index (SMI) a terminé sur un gain de 0,10% à 8670,06 points. Sur l'ensemble de la semaine, l'indice-phare de SIX a gagné 1,7%. Le SLI a fini vendredi en hausse de 0,11% à 1375,24 points et le SPI a grappillé 0,07% à 9541,35 points. Sur les 30 valeurs vedettes, 15 ont progressé, 14 ont reculé et Aryzta a fini à l'équilibre.

Swiss Life (+1,2%) a passé toute la journée dans le haut du tableau, après des résultats annuels qualifiés de "solides". L'assureur a dégagé en 2016 un bénéfice net en hausse de 5% sur un an à 926 millions de francs. Et il a proposé un dividende relevé à 11 francs, après 8,50 francs en 2015. Parmi les autres assureurs, Zurich a gagné +0,8%.

Sur le plan bancaire, UBS (+0,6%) a nettement progressé. Credit Suisse a gagné 1,1% et Julius Baer a perdu 0,1%. Parmi les autres titres en hausse, figure Syngenta (+0,8%).

Nestlé dans le vert

Le troisième poids lourd Nestlé a engrangé 0,1%. Le géant de Vevey (VD) et Coca-Cola vont mettre un terme début 2018 à leur coentreprise dans les thés glacés, regroupés sous Beverage Worldwide Partners (BPW). Depuis 2001, BPW commercialisait la marque Nestea au Canada et en Europe. Pour le groupe alimentaire vaudois, le temps est venu de développer Nestea indépendamment.

Dans le camp des perdants, Roche (-0,7%) a pesé sur le SMI. Le bon de jouissance du géant bâlois avait fortement progressé jeudi grâce à des résultats d'études prometteurs pour un nouveau traitement d'un type de cancer du sein. Plusieurs analystes ont réagi, en relevant l'objectif de cours du titre. Novartis a gagné 0,5%.

LafargeHolcim (-0,5%) a perdu du terrain au lendemain de résultats annuels qui avaient soutenu le titre. Plusieurs instituts ont relevé leur objectif de cours, tandis que Kepler Cheuvreux a abaissé la recommandation à "hold", estimant que le secteur reste difficile avec des risques de hausses de coûts massives et de surcapacités.

D'autres cycliques comme ABB (-0,6%) et Adecco (-1%, lanterne rouge) ont aussi laissé quelques plumes. L'action du spécialiste du travail intérimaire avait déjà fortement baissé la veille sur des prises de bénéfice, après des résultats annuels en hausse au dernier trimestre 2016. Ce matin, HSBC a relevé l'objectif de cours.

Sur le marché élargi, Swissquote (+1,2%) a dégagé en 2016 un bénéfice net multiplié par dix sur un an à 20,8 millions de francs. Le dividende est inchangé à 0,60 franc par action.

Calida (+0,4%) a vu son bénéfice net chuter de 13,1% à 14,8 millions de francs l'an dernier, notamment en raison de coûts de restructuration. Au lendemain des chiffres de Panalpina (-3,5%) des analystes ont abaissé l'objectif de cours de l'action. Kepler Cheuvreux et Barclays continuent cependant de recommander le titre à respectivement "buy" et "overweight", alors que Credit Suisse est à "underperform".

ATS

 Toute l'actu en bref