Toute l'actu en bref

Le SMI a terminé la séance en baisse de 0,30% à 8069,27 points (archives).

KEYSTONE/GAETAN BALLY

(sda-ats)

La Bourse suisse a limité ses pertes jeudi, au terme d'un après-midi marqué par les décisions de la Banque centrale européenne (BCE). Le Swiss Market Index (SMI) a plongé, après l'annonce d'un statu quo pour les taux avant de remonter.

L'institut d'émission européen a décidé sans surprise de maintenir ses taux directeurs inchangés. Les marchés attendaient surtout les déclarations de Mario Draghi, président de la banque centrale, relatives aux rumeurs de réduction du programme de rachat de dettes relayées par la presse. Le président de l'institution francfortoise a démenti ces allégations: aucune discussion ne s'est tenue à ce sujet, a-t-il martelé.

Les indications fournies par Mario Draghi vont davantage dans le sens d'un élargissement du programme de rachat de dettes que d'un resserrement de celui-ci, selon un observateur, qui explique ainsi le rebond du SMI. Cette hypothèse est validée par les risques baissiers et la nécessité d'une relance monétaire évoqués par le patron de la BCE, explique ce spécialiste.

Nestlé perd du terrain

Dans le détail, le SMI a terminé la séance en baisse de 0,30% à 8069,27 points, avec un plus haut à 8103,77 et un plancher à 8016,94 points. Le Swiss Leader Index (SLI) a accusé un recul de 0,36% à 1244,87 points. Le Swiss Performance Index (SPI) a cédé 0,24% à 8819,11 points. Parmi les trente valeurs vedettes, 19 ont terminé dans le rouge et neuf dans le vert. Sonova et Bâloise ont opté pour le statu quo.

Nestlé s'est étiolé de 0,8%. La croissance organique a baissé à 3,3% sur les neuf premiers mois, soit une performance nettement inférieure aux prévisions. La dynamique est restée grippée au 3e trimestre. La direction a réduit ses attentes, ne tablant désormais plus que sur une croissance organique de 3,5% en 2016, contre une stabilité auparavant (+4,2% en 2015).

Actelion (-6,2%) a signé la plus mauvaise performance du jour pour les blue chips. La société pharmaceutique a pourtant présenté de bons chiffres et a une nouvelle fois relevé les prévisions pour l'exercice 2016. Les coutiers expliquent la chute par des prises de bénéfice sur un titre qui a pris passablement d'embonpoint depuis le début de l'année. Sika (-2,5%), Galenica (-2,2%) ou Givaudan (-1,0%) ont également essuyé les plâtres.

Roche (-0,6%) a limité les dégâts au regard des chiffres au troisième trimestre. Le géant pharmaceutique bâlois a manqué de peu la moyenne des prévisions du consensus en termes de chiffre d'affaires. Cette volée de résultats a reçu un accueil contrasté. L'analyste de la Banque cantonale de Zurich (BCZ) estime que la croissance des ventes reste attractive.

Destins contraires pour les banques

Du côté des gagnants, Swatch (+1,1%) a terminé en tête. Le groupe biennois a été soutenu par les déclarations optimistes de son patron Nick Hayek, malgré un nouveau recul des exportations horlogères en septembre. Le concurrent Richemont a cédé 0,9%.

Les grandes banques, Credit Suisse (+0,4%) et UBS (+0,1%), ont également terminé du bon côté de la barrière. Julius Baer (-0,5%) ne peut pas en dire autant. Les titres Syngenta, LafargeHolcim (+0,8% chacun), Dufry ou Novartis (+0,4%) affichent également des gains marqués. Le géant pharmaceutique bâlois présentera son troisième partiel mardi.

Sur le marché élargi, Temenos a lâché 3,0% après avoir dévoilé des résultats partiels, la veille au soir. Le développeur de logiciels bancaires a décoiffé les attentes et relevé ses prévisions. Le groupe a lancé par ailleurs un programme de rachat d'actions.

L'action a connu une évolution favorable depuis janvier. Elle semblait victime du réflexe "sell on good news" ("vendre sur de bonnes nouvelles").

OC Oerlikon s'est délesté de 5,3% après une réduction de recommandation à "hold" de Jefferies. U-blox (-3,9%) a souffert d'un abaissement à "sell" de la part d'UBS.

GAM (+0,9%) a convaincu les investisseurs en augmentant ses avoirs sous gestion au troisième trimestre. La baisse des entrées de commandes, attendue par les analystes, n'a pas pénalisé Sulzer (+0,6%).

sda-ats

 Toute l'actu en bref