Toute l'actu en bref

Les raids avaient visé une grande salle de Sanaa où était organisée une cérémonie funéraire pour le père d'un haut responsable (archives).

KEYSTONE/AP/HANI MOHAMMED

(sda-ats)

Les frappes aériennes de la coalition arabe intervenant au Yémen, qui ont fait 140 morts à Sanaa samedi dernier, ont résulté d'une "information erronée", a reconnu une équipe enquêtant sur la bavure. L'opération a touché des funérailles dans la capitale du Yémen.

Dans un communiqué, l'équipe d'enquête, mise en place par la coalition dirigée par l'Arabie saoudite, souligne que le bombardement a été mené en l'absence des précautions d'usage destinées à éviter les pertes civiles et sans l'accord du plus haut commandement.

"En raison du non respect des règles d'engagement et des procédures de la coalition ainsi que d'une information erronée, un avion de la coalition a visé de manière erronée cet endroit entraînant la mort et les blessures de civils", soulignent les enquêteurs.

Règles d'engagement à revoir

Ils recommandent en conséquence de sanctionner les personnes responsables de cette bavure, de dédommager les victimes des raids, qui outre les 140 morts ont fait plus de 525 blessés, selon l'ONU, et de revoir les "règles d'engagement" des opérations militaires au Yémen.

La coalition arabe qui intervient en soutien au président du Yémen Abd Rabbo Mansour Hadi contre les rebelles Houthis avait dans un premier temps nié toute responsabilité dans les raids.

Les raids avaient visé une grande salle de Sanaa, la capitale du Yémen contrôlée par les rebelles Houthis, où était organisée une cérémonie funéraire pour le père d'un haut responsable. Ils ont été condamnés à travers le monde et conduit les Etats-Unis, allié de l'Arabie saoudite, à annoncer un réexamen de leur soutien à la coalition arabe au Yémen.

sda-ats

 Toute l'actu en bref