Toute l'actu en bref

Les regards sont à nouveau suspendus pendant trois semaines aux décisions des Chambres fédérales (archives).

KEYSTONE/PETER KLAUNZER

(sda-ats)

Les parlementaires fédéraux sont de retour à Berne pour la session d'hiver. Pour les conseillers nationaux, la semaine sera consacrée aux finances fédérales. Dès mercredi, les regards se tourneront vers le Conseil des Etats qui débattra du contrôle de l'immigration.

Tradition oblige, la session s'ouvrira dans l'après-midi avec les élections des présidents des Chambres. Jörg Stahl(UDC/ZH) accédera au perchoir du National et il reviendra à Ivo Bischofberger (PDC/AI) de diriger pendant un an les débats au Conseil des Etats.

Les députés se lanceront ensuite dans un débat marathon sur l'état des finances fédérales. Les décisions tomberont au fil de la semaine, d'abord sur le programme de stabilisation 2017-2019.

L'agriculture, la formation et la recherche devraient s'en sortir mieux que prévu, mais une lourde épée de Damoclès pèse sur l'aide au développement et l'administration fédérale. Puis le National se penchera sur le budget 2017. L'un des principaux enjeux sera de savoir si le Parlement accepte de considérer 400 millions de dépenses pour l'asile comme extraordinaires.

Immigration

Le casse-tête sera plus grand encore en matière d'immigration. Pour respecter le délai d'application fixé par l'initiative de l'UDC au 9 février 2017, le Parlement doit absolument s'entendre sur une solution concrète cette session.

Le National en a trouvé une, mais rien ne dit que les sénateurs suivront. L'idée serait de limiter l'immigration en privilégiant la main d'oeuvre résidente au lieu de recourir à des plafonds et contingents. La commission du Conseil des Etats veut serrer la vis aux entreprises. Toute la question sera de savoir jusqu'où le Parlement acceptera d'aller et comment réagira l'UE.

Le verdict de la Chambre des cantons pourrait ne tomber que jeudi. Auparavant, les sénateurs plancheront mardi sur la sécurité alimentaire. L'Union suisse des paysans pourrait retirer son initiative si un contre-projet est adopté.

sda-ats

 Toute l'actu en bref