La Suisse attend un signal clair de Bruxelles

 Toute l'actu en bref

Le Conseil fédéral attend que l'UE avance des signaux clairs pour un déblocage dans les négociations. La contribution suisse, le milliard de cohésion versé à titre d'aide aux pays de l'Est de l'UE, viendra après.

KEYSTONE/GAETAN BALLY

(sda-ats)

Le Conseil fédéral est prêt à avancer sur la question du milliard de cohésion versé à titre d'aide aux pays de l'Est de l'UE. Mais il attend des signaux clairs et des actes concrets de Bruxelles dans les négociations en cours sur un accord-cadre institutionnel.

Il y a une quinzaine de dossiers en cours entre l'Union européenne (UE) et la Suisse qui sont bloqués. Parmi ceux-ci, un accord-cadre institutionnel pour les bilatérales et la contribution financière de la Suisse aux pays de l'Est, le "milliard de cohésion", a dit mardi le ministre des affaires étrangères Didier Burkhalter devant le Conseil des Etats, à l'heure de présenter le rapport de politique extérieure 2016.

Après des informations parues dans la presse, qui évoquaient un gel du dossier, Didier Burkhalter a confirmé que la question avait été traitée la semaine dernière lors de la séance du Conseil fédéral. "Ca s'est bien passé, contrairement à d'autres fois". Le Département des affaires étrangères et celui de l'économie sont en charge du dossier.

Lors de cette séance, le gouvernement a accepté de poursuivre les préparatifs pour une nouvelle contribution suisse. Il décidera lui-même si et quand le dossier de la contribution doit aller de l'avant. Il serait alors transmis au Parlement.

Signaux clairs

Mais il attend que l'UE avance des signaux clairs pour un déblocage dans les négociations. Il y a déjà un nombre de certains signes, mais ce n'est pas suffisant. L'UE aurait tout intérêt à faire des actes concrets, selon le ministre.

La contribution suisse viendra après. "Il est important de montrer une certaine confiance en soi, nous décidons nous-mêmes", a-t-il insisté. "N'attendez pas de nouvelle décision la semaine prochaine", a encore dit Didier Burkhalter.

Sur le dossier des relations futures entre la Suisse et la Grande-Bretagne après le Brexit, Didier Burkhalter a souligné que "le dossier avance, une stratégie est en place, des discussions exploratoires ont lieu." Mais les négociations officielles ne sont pas encore ouvertes car la Grande-Bretagne est encore dans l'UE.

ATS

 Toute l'actu en bref