La Suisse toujours championne du monde des dépôts de brevets

 Toute l'actu en bref

Roche a été l'entreprise suisse la plus assidue avec 664 demandes de brevets (archives).

KEYSTONE/ALEXANDRA WEY

(sda-ats)

Championne du monde des dépôts de brevets par habitant, la Suisse a établi un nouveau record dans le domaine l'an passé. Au total, 7293 demandes helvétiques ont été transmises à l'Office européen des brevets, un chiffre en progression de 2,5% par rapport à 2015.

Pour chaque million d'habitants, la Suisse a déposé l'an dernier pas moins de 893 brevets, laissant loin derrière les Pays-Bas (405) demandes et la Suède (360), indique mardi l'Office européen des brevets (OEB). Le Danemark (334) pointe au 4e rang, devant la Finlande (331) et l'Allemagne (311).

En moyenne, les 28 pays membres de l'Union européenne (UE) ont déposé en 2016 122 brevets pour chaque million d'habitants, dix de moins qu'en 2015. Ce niveau correspond à peu près au niveau affiché par les Etats-Unis.

En ce qui concerne spécifiquement la Suisse, l'OEB précise que le nombre de brevets accordés - après un examen détaillé de la demande - s'est élevé en 2016 à 3910. Au regard de 2015, ce résultat, qui place la Suisse au 5e rang derrière les Etats-Unis, l'Allemagne, le Japon et la France, s'est envolé de 28,6%.

La Suisse 5e en chiffres absolus

Au total, l'OEB a reçu quelque 160'000 demandes de brevets, un chiffre quasiment stable (-0,2%) par rapport au record établi en 2015. Malgré un recul de 5,9%, les Etats-Unis se taillent la part du lion avec 40'076 requêtes, devant l'Allemagne (25'086/+1,1%), le Japon (21'007/-1,9%), la France (10'485/-2,5%) et la Suisse.

Enregistrant la plus forte croissance des demandes (+24,8% à 7150), la Chine occupe désormais le 6e rang, reléguant les Pays-Bas (6889/-3,6%) en 7e position. Alors que les requêtes venues d'Asie ont fortement crû, les entreprises européennes ont conservé leur rôle de moteur de l'innovation, faisant preuve de solidité dans un environnement économique instable.

A l'image de 2014, les techniques de mesure constituent le domaine qui a engendré le plus grand nombre de dépôts helvétiques (9%), devant les techniques médicales (8%). Les solutions de transport et d'emballage, la chimie organique, les machines électroniques et les techniques de l'énergie ont pesé chacune pour une part de 7%.

Du côté des entreprises helvétiques, Roche s'est montrée la plus assidue auprès de l'institution européenne, avec 664 demandes. ABB arrive en deuxième position avec 553, contre 442 pour Nestlé et Novartis (316). Au niveau global, le néerlandais Philips se classe premier (2568), devant le chinois Huawei (2390) et le sud-coréen Samsung (2316).

Dynamisme vaudois

Revenant sur la Suisse, l'OEB observe la montée en puissance des universités, en particulier de l'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL), qui passe du 19e au 13e rang (80 requêtes), et de celle de Zurich (EPFZ), qui occupe la 14e position (77 dépôts). L'Université de Zurich se classe elle 20e (56).

A l'échelle régionale, le canton de Vaud s'est montré le plus dynamique, avec une part de 15,7% du total des demandes. A la faveur d'un bond de 13,8% des dépôts, il a repris la première place à Zurich (15% du total des demandes) dont le nombre de dépôts fléchi de 5,6%. Bâle-Ville et sa part de 12,2% occupe la 3e marche du podium.

Ensemble, ces trois cantons pèsent pour environ 43% des demandes de brevets en Suisse. Argovie arrive en 4e position avec une part inchangée de 9%, devant Neuchâtel (7,9% de l'ensemble).

ATS

 Toute l'actu en bref