Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Il n'est pas possible de dire quand la BNS va revenir à des taux positifs, explique Fritz Zurbrügg, vice-président de l'institut d'émission dans une interview publiée dimanche (archives).

KEYSTONE/LUKAS LEHMANN

(sda-ats)

Les intérêts négatifs restent un instrument décisif de politique monétaire pour éviter que le franc ne soit trop surévalué, selon Fritz Zurbrügg, vice-président de la Banque nationale suisse (BNS). Les dernières mesures prises aux Etats-Unis ne sont pas déterminantes.

La hausse des taux d'intérêts décidée par la Réserve fédérale américaine (Fed) est un signe positif, explique le M. Zurbrügg dans une interview à la NZZ am Sonntag. Les prévisions conjoncturelles américaines se sont améliorées depuis.

Mais pour la Suisse, c'est l'Europe qui prime et la Banque centrale européenne (BCE) n'a pas encore normalisé sa politique des taux. La BNS se doit dès lors de maintenir une différence de taux par rapport à l'euro, estime M. Zurbrügg qui ne fait aucune prévision sur un revirement de la situation.

Il n'est pas possible de dire quand la BNS va revenir à des taux positifs. Le vice-président du directoire refuse également de donner des détails sur les interventions de l'institut d'émission sur le marché des changes pour contrer le franc fort.

Profitant de la date du 15 janvier qui marque les deux ans de l'abandon du taux plancher face à l'euro, le syndicat Unia a réitéré dans un communiqué dimanche ses critiques à la BNS. L'organisation exige que les taux négatifs ne soient pas perçus sur les assurances sociales et que la banque centrale reverse aux caisses de pension les 1,2 milliard de francs déjà encaissés dans ce contexte.

Dans l'interview, M. Zurbrügg rejette cette requête, estimant que seule une petite part des liquidités des caisses de pension est touchée par les taux négatifs. Les caisses de pension ne sont pas les seules à en souffrir, ajoute-t-il. Tous les épargnants sont concernés. "Il ne serait pas juste de ne soulager qu'une seule partie d'entre eux".

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS