Toute l'actu en bref

La ville de La Chaux-de-Fonds doit se serrer la ceinture: une hausse des impôts est prévue (photo symbolique).

KEYSTONE/GAETAN BALLY

(sda-ats)

La Ville de La Chaux-de-Fonds a dévoilé lundi un train de mesures d'économies pour faire face à une situation financière difficile. Le Conseil communal prévoit notamment une hausse des impôts et une réduction de la masse salariale. Il n'y aura pas de licenciements.

"Nous devons prendre des mesures très difficiles", a souligné la présidente du Conseil communal de la Métropole horlogère Sylvia Morel. C'est la chute des recettes fiscales qui a plongé la 3e ville de Suisse romande dans cette situation financière précaire.

Les variations des recettes fiscales entre 2014 et les prévisions de 2017 accusent un recul de plus de 11 millions de francs en tenant compte des impôts des personnes physiques, des entreprises et des frontaliers. "Il est difficile d'assumer une dégringolade pareille", a estimé Sylvia Morel. Cette évolution s'explique à la fois par la conjoncture et par les réformes de l'Etat.

Hausse des impôts

L'une des mesures les plus spectaculaires annoncées par le Conseil communal chaux-de-fonnier est une augmentation de 3 points de l'impôt des personnes physiques. Cette augmentation de la fiscalité limitée dans le temps doit rapporter 3 millions de francs.

Le plan d'austérité prévoit une réduction de la masse salariale de 2,3 millions. Les réductions d'horaires en fonction de l'âge seront supprimées et tous les collaborateurs auront au maximum 6 semaines de vacances alors qu'actuellement le règlement prévoit 7 semaines dès 60 ans.

Les membres de l'exécutif n'échapperont pas aux économies. L'âge de la retraite sera porté à 64 ans pour les femmes et à 65 ans pour les hommes et non 61 ans comme prévu actuellement. Les indemnités de départ seront aussi revues à la baisse. Ces mesures doivent permettre d'économiser 130'000 francs par année.

Equilibre des finances

Ce plan d'assainissement qui doit être soumis au législatif doit permettre de réduire le déficit au budget 2017 puis un retour à l'équilibre des finances communales. Le Conseil communal s'engage à ne prendre aucune autre mesure salariale durant cette législature.

Parallèlement à ce plan d'assainissement des finances, le Conseil communal va poursuivre les discussions et les négociations en cours avec l'Etat pour améliorer une situation qu'il juge trop pénalisante pour la Métropole horlogère. Il s'agit en particulier de la péréquation financière ou de l'impôt sur les frontaliers.

Si la conjoncture ne reprend pas ou si les réformes que l'Etat doit mener n'aboutissent pas, la situation de la ville d'ici quatre ans sera "dramatique", selon l'exécutif.

sda-ats

 Toute l'actu en bref