Toute l'actu en bref

Un policier patrouille sur la Promenade des Anglais à Nice le lendemain du carnage du 14 juillet.

KEYSTONE/AP/FRANCOIS MORI

(sda-ats)

L'homme qui a foncé sur la foule à Nice jeudi soir est "un terroriste sans doute lié à l'islamisme radical d'une manière ou d'une autre", a déclaré Manuel Valls vendredi soir. Le premier ministre a ajouté qu'il n'y avait pas eu de faille jeudi soir à Nice.

Des répliques sont à craindre en France, avec "encore des victimes", a avancé Manuel Valls, mais il a dit sa conviction que la France gagnerait "cette guerre contre le terrorisme". Il a précisé que 15 projets d'attentat avaient été déjoués au cours de ces trois dernières années.

Le 14 juillet a viré au cauchemar jeudi soir à Nice. Un homme a lancé son camion sur une foule estimée à 30'000 personnes rassemblées pour le feu d'artifice. L'attaque a fait au moins 84 victimes, dont deux Suisses, et plus de 200 blessés.

Selon les autorités, le chauffeur du camion blanc de 19 tonnes qui a écrasé familles et touristes rassemblés sur la Promenade des Anglais est un homme âgé de 31 ans. Né en Tunisie dans la banlieue de Sousse et vivant à Nice, il a été abattu par la police après accompli un carnage sur deux kilomètres. Son ex-femme a été arrêtée et placée en garde à vue.

Bilan provisoire

Le bilan des victimes pourrait s'alourdir: une "cinquantaine de personnes" sont entre la vie et la mort, a annoncé le président français François Hollande. Parmi les étrangers tués figurent trois Algériens, trois Allemandes, deux Américains, un Ukrainien, deux Suisses, une Russe, une Marocaine, un Tunisien et une Arménienne, selon les dernières indications.

Le conducteur a été décrit par ses voisins comme étant "solitaire" et "silencieux". Il était seulement connu de la police pour des faits de violence.

François Hollande s'est rendu à Nice au chevet des blessés. Il a décrété trois jours de deuil national dès samedi. Le président a également annoncé une prolongation pour trois mois supplémentaires de l'état d'urgence, qui devait prendre fin dans quinze jours.

sda-ats

 Toute l'actu en bref