Toute l'actu en bref

L'Espagnol Mario Mola a été couronné champion du monde de triathlon à Cozumel au Mexique dimanche, à l'issue d'un scénario incroyable.

Le final de la course a été marqué par le malaise de l'Anglais Jonathan Brownlee à 300 m de l'arrivée et d'un titre qui lui tendait les bras alors qu'il était seul en tête.

Médaillé d'argent aux Jeux de Rio en août, le benjamin des frères Brownlee semblait se diriger inexorablement vers son deuxième titre mondial, après 2012, quand il a soudain commencé à tituber et zigzaguer, totalement inconscient, à quelques hectomètres de la ligne d'arrivée, après 1500 m de natation, 40 km à vélo et 9,7 km de course à pied, sous une chaleur humide très éprouvante.

Littéralement porté par son frère Alistair, le double champion olympique en titre, Jonathan a finalement franchi la ligne d'arrivée en 2e position, totalement k.-o., après avoir été dépassé par le Sud-Africain Henri Schoeman, le vainqueur du jour.

Seulement 2e, Jonathan Brownlee devait alors espérer que l'Espagnol Mario Mola, en tête au classement général avant Cozumel, 9e et dernière manche des World Series, ne finisse pas mieux que 6e.

Mais l'Espagnol, lâché à vélo, a justement fini 5e, derrière le Sud-Africain Richard Murray. Suffisant pour être donc couronné champion du monde, sur le fil, avec 4 points d'avance au classement général final devant le benjamin des Brownlee (4819 points contre 4815).

Il s'agit du premier titre de champion du monde pour Mario Mola qui succède à son compatriote Javier Gomez, quintuple champion du monde mais hors-jeu depuis une blessure en juillet qui l'a privé des Jeux olympiques et de toute la fin de saison.

Le Bernois Andrea Salvisberg s'est classé douzième à 1'20'' du vainqueur. Le troisième des Championnats d'Europe de Lisbonne faisait partie d'un groupe de tête de huit athlètes, qui dans l'épreuve du vélo ont compté environ une minute et demie d'avance sur leurs poursuivants. Au classement général final, Salvisberg termine 22e.

sda-ats

 Toute l'actu en bref