Toute l'actu en bref

Quelque 400 personnes se sont mobilisées au Sentier (VD) pour protester contre les 211 suppressions de postes décidées par Richemont, qui toucheront avant tout les marques horlogères Vacheron Constantin et Piaget (ici le site de Plan-les-Ouates, près de Genève) (archives).

KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI

(sda-ats)

Quelque 400 personnes ont participé jeudi à un rassemblement de solidarité au Sentier (VD) pour protester contre la vague de licenciements annoncée par le groupe Richemont chez Vacheron Constantin et Piaget. Une résolution exige le retrait du plan de restructuration.

Le rassemblement a été organisé par le syndicat Unia et les salariés de Vacheron Constantin, au Brassus (VD), concernés par les coupes annoncées. Des salariés provenant de toutes les manufactures horlogères de la Vallée de Joux et des sympathisants ont convergé à midi vers l'Hôtel de Ville du Sentier pour se joindre au mouvement, a indiqué Unia.

Les participants, réunis sous le slogan "nos vies valent plus que leurs profits", ont exprimé leur colère et soutenu les revendications de leurs collègues. Ils ont adopté une résolution exigeant le retrait du plan de restructuration, vu le bénéfice de 2,23 milliards d'euros (2,4 milliards de francs) réalisé par le groupe sur l'exercice 2015/2016.

Dans leur résolution, mise également en consultation jeudi sur les sites de Genève et de la Côte-aux-Fées (NE), les salariés demandent le retrait des suppressions de postes. Selon eux, l'introduction de mesures simples à mettre en œuvre comme le chômage partiel permettrait de sauvegarder les emplois en attendant une embellie.

sda-ats

 Toute l'actu en bref