Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Matthieu Ricard, ici avec l'actrice américaine Goldie Hawn en 2014, est devenu un habitué du WEF (archives).

KEYSTONE/LAURENT GILLIERON

(sda-ats)

Une demi-heure de méditation avec Matthieu Ricard pour commencer la journée: c'est l'une des nombreuses surprises au programme touffu du Forum économique mondial (WEF) de Davos. Une manière peut-être d'apporter une autre dimension au thème de la responsabilité.

La séance est très prisée: 50 personnes ont rempli ce jeudi matin la petite salle, la première à gauche après l'entrée beige, sobre et luxueuse, du centre des congrès. A la sortie de la séance, l'épouse d'un chef d'entreprise explique ses motivations à l'ats: "Je m'intéresse à la méditation. Je suis aussi neurobiologiste et de ce point de vue, ça m'intéresse de voir comment la méditation peut modifier les structures du cerveau".

Et de poursuivre: "Tous ces managers très occupés feraient bien de trouver un moyen de 'calmer' leur esprit. C'est ainsi que de nouvelles idées peuvent surgir, que l'on peut trouver des solutions différentes." Pour l'anecdote, elle raconte avoir vu des gens sur leur smartphone jusqu'à la dernière minute avant de commencer la méditation - pas une très bonne idée selon elle.

Garder une santé mentale

Un autre "méditant", dirigeant d'une grande entreprise suisse, suit les parcours du moine bouddhiste Matthieu Ricard depuis 20 ans et pratique la méditation en autodidacte. "Ca m'a beaucoup aidé à garder une santé d'esprit et à faire face à des situations familiales" diverses, confie-t-il volontiers.

"Je trouve important de se donner les temps de démarrer la journée par une heure de méditation. On joint l'utile à l'agréable. Mais il y a aussi chez moi une envie d'approfondir des choses", explique-t-il. Au WEF, la méditation apporte une "autre dimension", selon lui, ce qui est particulièrement pertinent cette année avec le thème de la responsabilité des dirigeants.

C'est la deuxième fois que Matthieu Ricard mène ces séances de méditation à Davos. Invité une première fois en 2005 à participer au WEF en tant que représentant d'une religion, le Français qui vit au Népal depuis 1972 avait alors décliné: "Je me demandais ce que que j'aurais été faire là", se rappelle-t-il.

"Pourquoi pas la bienveillance?"

L'année suivante, il décide d'y aller quand même, se disant que c'était "peut-être un bon endroit" pour rencontrer des gens. Depuis, il y a trouvé des fidèles soutiens pour ses nombreux projets humanitaires. Lui-même docteur en génétique cellulaire, il participe à de nombreuses discussions et réflexions durant le Forum.

Lors des séances de méditation dans ce cadre, le moine raconte avoir découvert que de nombreux grands de ce monde "sont des méditants cachés". Certains pratiquent la méditation depuis des années sans que personne ne s'en doute.

L'idée de mener ces séances matinales vient des organisateurs du forum. Pourquoi les gens les suivent-ils? "Pour devenir un meilleur être humain!": la réponse semble une évidence pour M. Ricard. "On apprend bien à lire et à écrire, pourquoi n'apprendrait-on pas la bienveillance?"

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS