Toute l'actu en bref

Lors de ce test, la capsule (à gauche) est revenue sur Terre sans dommage et le lanceur (à droite) de même.

KEYSTONE/AP Blue Origin

(sda-ats)

Blue Origin, la société spatiale créée par le milliardaire Jeff Bezos, a réussi un doublé mercredi: elle a testé avec succès le système d'éjection d'urgence de sa capsule chargée d'emmener des touristes de l'espace, tout en sauvant le lanceur.

La fusée New Shepard - un lanceur réutilisable qui se repose au sol après chaque mission - a décollé mercredi de la base texane de Blue Origin, coiffée de sa capsule.

L'habitacle,- qui un jour doit permettre à des touristes-astronautes de se rendre dans l'espace -, s'est brutalement détaché sous l'action d'un moteur-fusée à une altitude de 4900 mètres. La capsule aux grandes vitres panoramiques s'est posée comme prévu et en douceur grâce à trois parachutes, après avoir tangué un peu au moment de la séparation.

"Tous les astronautes à bord auraient eu une chevauchée pour le moins grisante mais une chevauchée en toute sécurité", a affirmé, pince-sans-rire, l'un des commentateurs de Blue Origin lors de la retransmission en direct.

Prouver la sécurité du concept était le but principal de la mission de mercredi et Blue Origin avait parié sur la perte de son lanceur. Or il n'en a rien été: malgré le choc intense de la séparation, la fusée s'est posée sans problème après avoir caressé les limites entre la Terre et l'espace.

Le fondateur d'Amazon et fou de l'espace a été fort impressionné. "C'est un sacré lanceur", s'est exclamé Jeff Bezos sur Twitter. Il avait d'ailleurs préparé le terrain à une destruction du lanceur qui a effectué son 5e vol mercredi.

Coup de massue

"Le lanceur n'a jamais été prévu pour survivre à une éjection en vol", avait-il expliqué dans un blog le mois dernier, soulignant que le moteur-fusée de la capsule donnait un coup de massue de 35 tonnes de gaz brûlants au lanceur.

New Shepard est une fusée de vingt mètres de hauteur, qui ne peut atteindre que la frontière de l'espace avec des vols suborbitaux inférieurs à cent kilomètres d'altitude, contrairement au lanceur Falcon 9 de la société d'un autre milliardaire tout aussi féru d'espace, Elon Musk.

Le Falcon 9 de SpaceX est aussi réutilisable, mais contrairement au lanceur de Jeff Bezos, il a déjà placé en orbite des satellites et approvisionné la Station spatiale internationale. Un Falcon 9 a explosé le mois dernier lors d'un essai statique d'allumage des moteurs deux jours avant son lancement pour des raisons encore mystérieuses.

sda-ats

 Toute l'actu en bref