Toute l'actu en bref

Le chef d'Etat mexicain avait dans un premier temps refusé d'extrader "El Chapo" tenant à le juger au Mexique. Mais le baron de la drogue en s'échappant une nouvelle fois d'une prison de haute sécurité, en juillet 2015, a changé la donne (archives).

KEYSTONE/AP/REBECCA BLACKWELL

(sda-ats)

Les avocats de Joaquin "El Chapo" Guzman ont fait appel de la décision du gouvernement mexicain de l'extrader vers les Etats-Unis. Le baron de la drogue est poursuivi au Texas et en Californie notamment pour trafic de drogue et homicide.

Le recours a été déposé jeudi par Juan Pablo Badillo et José Luis Gonzalez, deux des avocats du puissant chef du cartel de Sinaloa (nord-ouest), selon les documents consultés par l'AFP. "Nous avons fait appel contre la décision inconstitutionnelle du ministère des Affaires étrangères et finalement, ceux qui ont très envie que 'El Chapo' parte pour les Etats-Unis en sont pour leurs frais", a déclaré Me Gonzalez lors d'une conférence de presse.

Le gouvernement mexicain, qui a donné son feu vert vendredi dernier à l'extradition de Joaquin Guzman, a désormais 48 heures pour répondre à cet appel, a indiqué une source judiciaire. Les autorités mexicaines ont indiqué avoir obtenu de leurs homologues américains la garantie "que la peine de mort ne sera pas appliquée".

Changement d'avis

Ce n'est pas la première fois qu'un processus d'extradition est engagé à l'encontre d'un narcotrafiquant sous la présidence de Enrique Pena Nieto. Plusieurs leaders de gangs criminels tels que Edgar Valdez Villareal, alias "La Barbie", ou Alfredo Beltran Leyva, ont été extradés vers les Etats-Unis en 2014 et 2015.

Le chef d'Etat mexicain avait dans un premier temps refusé d'extrader "El Chapo" après son arrestation en février 2014 tenant à le juger au Mexique. Mais le baron de la drogue, en s'échappant une nouvelle fois d'une prison de haute sécurité, en juillet 2015, par un tunnel creusé sous la douche de sa cellule, a infligé un sérieux camouflet aux autorités mexicaines et changé la donne.

Après son arrestation en janvier, à l'issue de six mois de cavale, le président Pena Nieto a demandé à l'avocat général d'accélérer le processus d'extradition vers les Etats-Unis de "El Chapo" diminutif de "chaparro" ("courtaud"), allusion à son mètre soixante-quatre.

sda-ats

 Toute l'actu en bref