Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Des représentants de l'AELE et du Mercosur ont avancé sur la voie d'un accord de libre-échange.

KEYSTONE/EPA KEYSTONE/LAURENT GILLIERON

(sda-ats)

Les unions économiques de l'AELE et du Mercosur ont décidé d'entamer des négociations formelles de libre-échange. Cette décision fait suite à des années de difficiles négociations préliminaires.

Le conseiller fédéral Johann Schneider-Ammann a signé jeudi au nom de l'Association européenne de libre-échange (AELE) une déclaration commune en ce sens avec la communauté économique sud-américaine. "Cette signature est le signal de départ des négociations", a-t-il déclaré à l'hôtel de ville de Davos.

Le ministre de l'économie s'est ainsi réjoui que les choses bougent enfin. Le marché du Mercosur est énorme et représente une opportunité pour le commerce extérieur suisse, même si une ouverture constitue clairement un défi pour l'agriculture helvétique, a-t-il souligné.

Ont assisté à la cérémonie les partenaires de la Suisse au sein de l'AELE, soit la Norvège, l'Islande et le Liechtenstein. Des représentants de certains pays du Mercosur - d'Argentine, du Brésil et d'Uruguay - étaient également présents. Outre ces trois pays, la communauté économique sud-américaine comprend également le Paraguay et le Venezuela.

Le document signé prévoit la fin des entretiens exploratoires entre l'AELE et le Mercosur. Près de 17 ans se sont écoulés depuis que les deux communautés économiques ont conclu une entente dans la perspective d'un accord de libre-échange. Aucune négociation n'a toutefois eu lieu jusqu'à présent.

ATS