Ankara et l'opposition syrienne contre des discussions sur une constitution


 Toute l'actu en bref

Le numéro deux de la diplomatie turque Ümit Yalçin et des représentants de l'opposition syrienne, notamment le coordinateur du Haut comité pour les négociations (HCN) Riad Hijab (sur la photo), se sont réunis à Ankara (archives).

KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI

(sda-ats)

La Turquie et l'opposition syrienne ont rejeté vendredi toute discussion sur une nouvelle constitution ou sur le découpage administratif de la Syrie, selon un haut responsable turc. Sur le terrain, l'eau a été coupée à Raqa après des frappes aériennes.

Le numéro deux de la diplomatie turque Ümit Yalçin et des représentants des principaux groupes de l'opposition armée et politique syrienne se sont réunis à Ankara. Parmi ces derniers, figurent notamment le coordinateur du Haut comité pour les négociations (HCN) Riad Hijab et le chef de la Coalition nationale syrienne (CNS) Anas al-Abdeh.

Les participants ont estimé que "soulever le sujet du futur système administratif syrien à ce stade, et par extension, tenter de démarrer une discussion sur une 'nouvelle constitution, l'autonomie ou le fédéralisme' (...) risque de servir la cause de ceux qui poursuivent un programme unilatéral", a affirmé le responsable turc.

Cette position semble refléter celle exprimée à plusieurs reprises par Ankara qui craint une division de la Syrie en fédérations. Un tel système est susceptible de donner lieu à une entité autonome kurde aux portes de la Turquie.

Coupure d'eau à Raqa

Sur le terrain, l'eau alimentant la ville de Raqa, principal bastion du groupe Etat islamique (EI) en Syrie, a été coupée après des frappes aériennes sur la principale conduite d'eau, a indiqué à l'AFP Hammoud al-Moussa, membre du collectif anti-EI "Raqa is Being Slaughtered Silently" (Raqa est massacrée en silence). Il attribue ces raids aériens à la coalition antidjihadistes.

Après la coupure d'eau, "les gens ont dû aller chercher l'eau au fleuve", a précisé M. Moussa.

L'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) a également rapporté que des raids aériens avaient provoqué cette coupure d'eau. "Ces raids ont détruit une importante canalisation d'eau. Il s'agit très certainement de frappes de la coalition", a indiqué le directeur de l'OSDH Rami Abdel Rahmane.

Plus de 300'000 personnes habitent à Raqa, devenue "capitale" de facto de l'EI en Syrie en 2014. La cité et la province éponyme sont régulièrement bombardées par les avions de la coalition antidjihadistes dirigée par les Etats-Unis et la Russie, allié clé du régime syrien.

Soldats de l'EI neutralisés à Al Bab

Des raids aériens et des combats terrestres ont également eu lieu au cours des dernières 24 heures à Al Bab, dans le nord de la Syrie. L'armée turque a annoncé vendredi y avoir "neutralisé" 47 combattants de l'EI. Des bâtiments et postes de défense ont aussi été détruits, ainsi qu'un dépôt de munitions.

ATS

 Toute l'actu en bref