Toute l'actu en bref

La conseillère d'Etat vaudoise Anne-Catherine Lyon a annoncé dans la presse dominicale son désir de briguer un 4e mandat (archives).

KEYSTONE/ANTHONY ANEX

(sda-ats)

La conseillère d'Etat vaudoise Anne-Catherine Lyon souhaite poursuivre son action au sein de l'exécutif. Mais pour pouvoir se présenter aux élections vaudoises du printemps 2017, la socialiste doit d'abord obtenir une dérogation de son parti.

Sa décision était très attendue. Entrée au gouvernement vaudois en 2002, Anne-Catherine Lyon allait-elle demander une dérogation à son parti pour pouvoir briguer un quatrième mandat? Oui, répond-elle dans une longue interview au Matin Dimanche.

"D'abord par envie profonde, par passion pour ce que je fais. Et puis par sens des responsabilités. Je pense que je peux encore apporter quelque chose", explique la cheffe du Département de la formation, de la jeunesse et de la culture.

Congrès le 27

Mais pour pouvoir rempiler, la ministre doit dans un premier temps obtenir l'aval de la section cantonale de son parti qui se réunira le 27 septembre dans le cadre d'un congrès extraordinaire. Si le oui l'emporte à la majorité qualifiée des deux tiers, elle pourra être candidate à la candidature.

Et rien n'est acquis. "J'admire les beaux perdants, j'espère que je saurais l'être le cas échéant. Mais je ferai tout pour que ça puisse marcher!", poursuit la socialiste.

Outre Anne-Catherine Lyon, Pierre-Yves Maillard est également concerné par cette limitation des mandats. Le ministre vaudois de la santé et de l'action sociale a été élu en 2004 en cours de législature. S'il veut se représenter, il devra lui aussi obtenir une dérogation.

sda-ats

 Toute l'actu en bref