Toute l'actu en bref

Timea Bacsinszky (no 8) figure pour la deuxième année consécutive en 8e de finale à Roland-Garros.

La demi-finaliste de l'édition 2015 s'est imposée 6-4 6-2 en 1h23' face à la Française Pauline Parmentier (WTA 88) samedi sur le court Philippe-Chatrier. Elle se mesurera au tour suivant à Venus Williams (no 9), qui a battu Alizé Cornet (WTA 50) 7-6 1-6 6-0 samedi. Elle affiche un bilan négatif face à la soeur aînée de Serena (0-2).

Timea Bacsinszky (26 ans) n'a pas livré un grand match face à une Pauline Parmentier percutante en coup droit mais trop irrégulière à l'échange, surtout sur son côté revers. Mais elle ne s'est jamais retrouvée en danger, son jeu varié posant des problèmes insolubles à la Française de 30 ans. Elle a très souvent pu faire la différence grâce à son superbe revers, comme sur ce point remarquablement construit qui lui a permis de réussir un premier break crucial dans la deuxième manche.

Parfois hésitante sur son coup droit, la Vaudoise a laissé Pauline Parmentier revenir de 5-2 à 5-4 dans la première manche, mais a tout de même pu conclure sur sa première balle de set en poussant son adversaire à la faute grâce à une grosse frappe de revers. Et elle n'a pas concédé son service dans la deuxième manche, signant son premier break pour mener 3-2 alors qu'elle avait dû écarter deux balles de 0-2 sur son engagement après une entame de deuxième set manquée.

Timea Bacsinszky s'est ainsi qualifiée pour la troisième fois pour un 4e tour en Grand Chelem, en 25 participations à des tournois majeurs. La guerrière de Belmont, qui avait également atteint les quarts de finale à Wimbledon l'an dernier, subira un test des plus intéressants au tour suivant. Elle n'a en effet remporté que cinq jeux par match face à Venus Williams (35 ans), qui s'était imposée 6-3 6-2 lors des JO 2008 à Pékin et 6-1 6-4 lors de l'US Open 2014. Elle n'avait alors pas trouvé la solution pour contrer le service et le coup droit fulgurants de l'Américaine. En est-elle désormais capable?

sda-ats

 Toute l'actu en bref