Toute l'actu en bref

Le président de Vollèges (VS) Christophe Maret et le conseiller d'Etat valaisan Jean-Michel Cina plantent symboliquement un mélèze sur l'alpage boisé du col du Lin, à Vollèges, pour laisser une trace durable des célébrations du bicentenaire de l'entrée du Valais dans la Confédération en 2015.

ats

(sda-ats)

Le rideau est tombé sur les célébrations du bicentenaire de l'entrée du Valais dans la Confédération. Le gouvernement a cependant voulu laisser une trace durable sous la forme d'une forêt de mélèzes et d'un sentier.

Les festivités du bicentenaire ont été officiellement clôturées jeudi au col du Lin à 1600 mètres d'altitude, sur la commune de Vollèges (VS). Le lieu abrite une forêt de mélèzes de 220 hectares, considérée comme l'une des plus belles d'Europe. Un sentier permet de découvrir les 34 projets qui ont jalonné les festivités en 2015.

Une année riche

Le Valais a vécu une année intense. Il a fait parler de lui en Suisse, mais aussi à l'étranger, a déclaré le conseiller d'Etat Jean-Michel Cina. Même le New York Times a cité le Valais comme l'un des 52 lieux à visiter en 2015.

L'engouement suscité n'a pas disparu à la fin de l'année. L'élan se poursuit au travers de livres, de films, d'expositions, de festivals. "Comme le disent les guides de montagne, nous sommes des créateurs de souvenirs", a dit M. Cina.

Importantes retombées

Le bicentenaire a mis en avant la capacité du Valais à réaliser un événement de grande ampleur. La ville de Sion a vu affluer plus de 80'000 personnes pour les festivités officielles des 7 et 8 août. Le Valais a fait l'objet de multiples articles de presse dans 30 pays. L'illumination des sommets a connu un écho planétaire.

Le budget de 13 millions de francs a été respecté, a précisé M. Cina. Les retombées économiques engendrées par les festivités sont estimées à 65 millions de francs.

Le mélèze, tout un symbole

A l'ouverture de l'année du jubilé, les 34 porteurs de projets avaient chacun reçu un mélèze. Ces arbres ont été plantés dans les pâturages boisés du col du Lin pour créer une forêt du bicentenaire et un sentier qui permet de découvrir les projets.

Le choix du mélèze est particulièrement symbolique, a expliqué le conseiller d'Etat Jacques Melly. Il a été un des premiers arbres à coloniser les terres après le retrait des glaciers. Il aime le froid, mais pas l'humidité.

Le mélèze a une espérance de vie de sept siècles, en ce sens, il symbolise la durabilité, a dit M. Melly. Et il peut vivre plus longtemps. Un mélèze de Simplon-Village est vieux d'un millénaire.

L'année 2015 a été pour le Valais celle de la créativité, a estimé la présidente du gouvernement Esther Waeber-Kalbermatten. Le canton a pu montrer ses multiples facettes, contribuant à ce qu'il soit perçu de façon nouvelle.

sda-ats

 Toute l'actu en bref