Toute l'actu en bref

Le chef de la diplomatie suisse Didier Burkhalter a multiplié les conférences et les rencontres lors de la 71e Assemblée générale des Nations unies à New York (archives).

Keystone/ALESSANDRO DELLA VALLE

(sda-ats)

Didier Burkhalter a profité mercredi de plusieurs tribunes à la 71e Assemblée générale de l'ONU pour aborder ses thèmes de prédilection. La lutte contre la peine de mort et le renforcement du pilier des droits humains au sein de l'ONU font partie de ses priorités.

La Suisse a lancé au début de l'été "l'Appel du 13 juin" pour que les droits de l'homme soient au cœur de la prévention des conflits. La proposition demande au Conseil de sécurité de l'ONU de mieux tenir compte des travaux du Conseil des droits de l'homme et de promouvoir une meilleure collaboration entre ces deux organes onusiens. L'appel a été reçu cinq sur cinq puisque 70 pays environ l'ont déjà signé, selon le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE).

A New York, le chef de la diplomatie suisse a notamment "insisté sur la nécessité d'être plus attentif à la violation des droits de l'homme", mais il a relevé "qu'il était tout aussi important de développer les capacités de réaction de l'ONU lorsqu'un problème est constaté".

"Si le volet des opérations de paix de l'ONU est relativement bien doté, il convient de renforcer le Haut Commissariat aux droits de l'homme et de lui accorder davantage de moyens", a affirmé le conseiller fédéral.

Avec Ban Ki-moon

M. Burkhalter a aussi participé à une réunion sur la lutte contre la peine de mort, avec de nombreux ministres des affaires étrangères. La séance a été ouverte par le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon. "La peine de mort ne résout rien (...), au contraire elle ajoute des victimes aux victimes, de la violence à la violence, de la souffrance à la souffrance, a dit le Neuchâtelois lors de son intervention.

"L'Assemblée générale de l'ONU se prononcera cette année sur une résolution réclamant un moratoire sur la peine capitale. Nous nous engageons pour que les débats, les études et les publications convainquent davantage d'Etats de s'y rallier ", a précisé le chef du DFAE.

Au cours d'une autre conférence, M. Burkhalter a rappelé l'engagement de la Suisse pour la prévention des conflits et la pérennisation de la paix. A ce titre, il a confirmé que Berne verserait le montant de 300'000 dollars (293'000 francs) au Fonds de l'ONU pour la consolidation de la paix pour la période 2016-2018.

"L'action de ce Fonds est une lueur d'espoir pour de nombreuses victimes de la fragilité du monde", a estimé le conseiller fédéral.

sda-ats

 Toute l'actu en bref